Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

Devenez Shiva grâce aux exosquelettes du MIT

Julien Bergounhoux
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Devenez Shiva grâce aux exosquelettes du MIT

© D'Arbeloff Laboratory

Le MIT développe des exosquelettes d'appoint qui apportent deux membres robotisés à leurs utilisateurs en plus de leurs bras réels. Une technologie qui vise notamment à réduire la pénibilité du travail en milieu industriel.

Des chercheurs du MIT d'Arbeloff Laboratory ont présenté de nouveaux prototypes d'exosquelette lors de l'édition 2014 de la conférence ICRA (International Conference on Robotics and Automation) de l'IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers) qui se déroule jusqu'au 7 juin à Hong Kong. Baptisé SRL, pour Supernumerary Robotic Limbs, où ''membres robotiques surnuméraires'' en français, ces appareils n'ont pas pour but de remplacer ou d'augmenter les capacités physiques de leur porteur, mais de les suppléer en leur adjoignant des membres supplémentaires.

Dans le cas présent il s'agit de deux bras qui partent d'une base portée sur le dos. IEEE Spectrum rapporte qu'il en existe deux versions, l'une où les bras partent des épaules, l'autre où ils partent des hanches. Pour la première, les bras sont installés de telle façon que les forces de réaction engrendrées soient alignées avec la colonne vertébrale. Ils ont cinq degrés de liberté et sont équipés d'effecteurs interchangeables et personnalisables, pour un poids total de 4,5 kilogrammes. Le SLR détecte les mouvements des bras de l'utilisateur à l'aide d'instruments de mesure inertielle (gyroscope, accéléromètre) qu'il porte sur les poignets et à la taille, puis agit en fonction pour l'aider dans ses tâches en suivant un modèle comportemental parmi plusieurs créés au préalable.

SOULAGER LES OUVRIERS

Le deuxième modèle, développé par une équipe différente issue du même laboratoire, est de son côté pensé pour porter des objets ou pour soutenir l'utilisateur, comme des bras de primates. L'avantage des SLR par rapport aux exosquelettes équipant le corps entier est une plus grande liberté de mouvement et de travail, l'utilisateur étant capable de n'utiliser que ses propres membres quand il le souhaite. Les besoins énergétiques et l'encombrement sont également bien moindres avec ces modèles.

Une grande partie de ces recherches ont été sponsorisées par Boeing, qui cherche à soulager les problèmes rencontrés par ses employés après plusieurs années à porter de lourdes charges ou à rester accroupi durant de longues périodes.

Ci-dessous, deux vidéos de démonstrations du prototype porté sur les épaules :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

"L’aéronautique est le premier de cordée dans la fabrication additive", pointe le directeur France d'EOS

Interview

"L’aéronautique est le premier de cordée dans la fabrication additive", pointe le directeur France d'EOS

L'impression 3D gagne du terrain dans l'industrie. Mais son intégration est inégale entre les différents secteurs.[…]

Drone anti-incendie, cybersécurité, nanosatellites… les meilleures innovations de la semaine

Drone anti-incendie, cybersécurité, nanosatellites… les meilleures innovations de la semaine

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Plus d'articles