Nous suivre Industrie Techno

Des vêtements connectés pour améliorer le diagnostic de l'épilepsie

Des vêtements connectés pour améliorer le diagnostic de l'épilepsie

Afin d’améliorer le suivi et le diagnostic de l’épilepsie, la start-up BioSerenity, incubée au sein de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière de Paris, a développé des vêtements connectés capables d’enregistrer l’électroencéphalogramme des patients à distance.

Crises de convulsion, absences, pertes de mémoire… Près de 50 millions de personnes dans le monde sont atteintes d’épilepsie. Afin d’améliorer le suivi et le diagnostic de cette maladie, la start-up française BioSerenity, incubée au sein de l’Institut du cerveau et de la moelle, à Paris, a conçu des vêtements connectés qui permettent d’enregistrer l’électroencéphalogramme des patients à distance.

Aujourd’hui, les personnes touchées peuvent attendre plusieurs années avant d’être diagnostiquées et recevoir le traitement approprié. Plusieurs semaines sont nécessaires pour obtenir un rendez-vous et les séances, une fois fixées, sont de courte durée. Les chances d’enregistrer une crise sont alors très faibles. Or, pour définir le bon traitement, il est nécessaire de recueillir les données de l’activité cérébrale au cours de celle-ci.

Des technos qui facilitent le diagnostic

Doté de 21 électrodes intégrées, le bonnet connecté de Bioserenity a été conçu en vue de mémoriser l’activité cérébrale du patient plusieurs jours d’affilée. « Il fonctionne avec un tee-shirt connecté, qui permet un examen multi-modal : recueil de l’activité cardiaque, musculaire et respiratoire, explique Pierre Frouin, fondateur et CEO de Bioserenity. Le dispositif médical, baptisé Neuronaute, comporte entre autres des capteurs d’électro-myogramme qui, lors d’une crise d’épilepsie, enregistrent les contractions musculaires. Ce système permet également de connaître la position du patient lors de la crise grâce aux accéléromètres ». Autant de renseignements qui facilitent l’interprétation par le médecin et donc le diagnostic.

Lavables 30 fois, t-shirt et bonnet sont alimentés par une batterie rechargeable. Les données collectées sont stockées sur une carte mémoire intégrée. Elles sont ensuite transmises en bluetooth sur un hébergeur agréé de santé. Les médecins peuvent ainsi accéder aux données sur un Cloud médical à distance, disponible 7j/7J et 24h/24h. Le patient, de son côté, peut utiliser son application mobile pour lancer ou arrêter le système, saisir de nouvelles informations ou visualiser son historique.

En pilote à Lyon et Paris

« Le dispositif Neuronaute est actuellement en pilote hospitalier, à Lyon et Paris notamment », détaille Pierre Frouin. Quant à la plateforme de télé-expertise Serenity Medical Services-Neurophy, filiale de BioSerenity, validée en 2016 par l’ARS, elle est déjà déployée dans 60 hôpitaux.

L’entreprise, qui vient de clôturer une levée de fonds de 15 millions d’euros fin septembre, travaille également sur 3 autres pathologies : le suivi des maladies cardiologiques, celui des grossesses et les troubles du sommeil.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Bertin Nahum veut conquérir le monde avec ses robots chirurgicaux

Bertin Nahum veut conquérir le monde avec ses robots chirurgicaux

Portrait du PDG de Quantum Surgical, Bertin Nahum, qui prépare l’arrivée sur le marché de son prochain robot[…]

« En Europe, la difficulté n’est pas tant la création d’entreprises que leur croissance », selon Chahab Nastar, chef de l’innovation d’EIT Digital

Interview

« En Europe, la difficulté n’est pas tant la création d’entreprises que leur croissance », selon Chahab Nastar, chef de l’innovation d’EIT Digital

La maintenance à distance d’Oculavis récompensée à l’EIT Digital Challenge 2019

La maintenance à distance d’Oculavis récompensée à l’EIT Digital Challenge 2019

Pour bien commencer la semaine : L’étage supérieur d’Ariane 6 a son usine 4.0

Pour bien commencer la semaine : L’étage supérieur d’Ariane 6 a son usine 4.0

Plus d'articles