Nous suivre Industrie Techno

Des technologies d'imagerie pour simuler l’éclairage chez Renault

Des technologies d'imagerie pour simuler l’éclairage chez Renault

© Immersion

Un tout nouveau simulateur d’éclairage installé au Technocentre de Renault utilise les dernières technologies d’imagerie pour créer les futurs projecteurs automobiles quelle que soit leur technologie.

C’est au Technocentre, le principal centre d’ingénierie de Renault situé à Guyancourt, dans les Yvelines, que les équipes d’Immersion, une entreprise spécialisée dans la réalité virtuelle basée à Bordeaux, ont installé leur dernier né, le simulateur Hélios. Réalisé en étroite collaboration avec les équipes du constructeur, ce système constitue une petite révolution pour ses ingénieurs de la marque. Ils utilisaient certes déjà un simulateur pour réduire les essais en condition réelles et les coûts de développement, mais celui-ci datait de la fin des années 90. « C’est à la fois l’évolution des technologies de simulation et d’éclairage qui a motivé Renault à le reprendre de fond en comble » précise Gabriel Soubies, Responsable Technique Projets Réalité Virtuelle & Simulation chez Immersion. « Les techniques du passé avaient notamment beaucoup de mal à restituer fidèlement les éclairages à LEDS modernes ».

Construit autour d’une véritable automobile instrumentée pour retranscrire les actions du conducteur, le simulateur met en œuvre les procédés d’imagerie les plus récents et retransmet des images en temps réel. « La demande du client était d’atteindre une résolution au moins égale à celle de l’œil, supérieure à du 4K sur un grand écran » poursuit Gabriel Soubies. Pour ce faire, huit projecteurs laser ont été utilisés. A chacun d'entre eux, une zone de l'écran de forme sphérique a été affectée afin de couvrir la totalité du champ de vision du conducteur. Une caractéristique qui a encore renforcé la difficulté du projet et nécessité notamment une coordination très fine des projecteurs. De quoi mobiliser des capacités de calcul considérables. « C’était d’autant plus un défi qu’il s’agit de restituer des images de nuit, et donc des noirs profonds, ce qui est le plus difficile en imagerie. Nous avons utilisé à la fois des solutions logicielles et physiques : des procédés de fusion et de déformation électroniques des images, mais aussi des filtres en verre réalisés sur mesure. Nous sommes très fiers de notre simulateur, car il est à la croisée des choses les plus compliquées à réaliser dans notre métier » conclut Gabriel Soubies.

Camille Pinet

En photo, le simulateur d'éclairage :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Comment Renault embarque des fils recyclés à bord de sa nouvelle Zoé

Comment Renault embarque des fils recyclés à bord de sa nouvelle Zoé

Pour sa nouvelle Zoé, Renault utilise un tissu produit à partir de matériaux recyclés. Le résultat d'un[…]

Avec le bi-level equalizer, Sandrine Mubenga veut optimiser et recycler les batteries lithium-ion à moindre coût

Avec le bi-level equalizer, Sandrine Mubenga veut optimiser et recycler les batteries lithium-ion à moindre coût

Comment l’usine de Zwickau s’est transformée pour produire l’ID.3, la nouvelle coqueluche électrique de Volkswagen

Comment l’usine de Zwickau s’est transformée pour produire l’ID.3, la nouvelle coqueluche électrique de Volkswagen

Éolien offshore, gaz de synthèse, cyber-sécurité automobile… les meilleures innovations de la semaine

Éolien offshore, gaz de synthèse, cyber-sécurité automobile… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles