Nous suivre Industrie Techno

Des suisses développent une île solaire

Thomas Blosseville
Des suisses développent une île solaire

Vue d'artiste de la future centrale solaire flottante

© DR

Le Centre suisse de microélectronique CSEM construit son premier prototype de centrale solaire flottante. Un projet de 5 millions d’euros financé par les Emirats Arabes Unis.

Bientôt, une plateforme circulaire de 2 km de diamètre pourrait apparaitre en pleine mer. C’est la future centrale solaire à concentration développée par le Centre suisse de microélectronique (CSEM). Son premier prototype est en cours de construction. Il préfigure une centrale solaire flottante qui fournira 24h sur 24 de l’électricité renouvelable, voire du méthane carburant, et peut-être un jour dessalera l’eau de mer.

Des miroirs de 64 m²

Le principe ? Un anneau en acier sera recouvert d’une membrane en plastique, sous laquelle une légère surpression sera créée. « Un dixième de bar suffit pour soulever une tonne », précise Thomas Hinderling, directeur général du CSEM. La membrane supportera le poids de miroirs de 64 m² qui réfléchiront les rayons du soleil vers sur un tube central. L’eau qu’il contient sera ainsi chauffée à 200°C (pour une pression de 60 bars). Ce mélange liquide-vapeur sera acheminé vers une turbine pour produire l’électricité, soit à terre, soit sur un bateau.

Produire de l'hydrogène

Outre son prix, cette installation solaire à concentration possède un avantage décisif par rapport au photovoltaïque. « Elle permet de stocker l’énergie sous forme thermique. Nous voulons d’abord l’utiliser pour climatiser jour et nuit les bâtiments », précise Thomas Hinderling. Pour une centrale de 2 km de diamètre, le CSEM espère ainsi délivrer une puissance de 0,5 GW. Mais déjà une autre forme de stockage est envisagée : la production d’hydrogène. En le combinant au CO2 de l’atmosphère, il formera du méthane, plus facile à transporter que l’hydrogène. Ensuite, l'’installation pourrait même être adaptée pour la désalinisation, par simple vaporisation, de l’eau de mer.

Résister à des vents de 70 km/h

Aucun choix technologique n’a été fait au hasard. La forme circulaire optimise le rapport entre circonférence et surface. Des miroirs horizontaux facilitent leur nettoyage et permettent à l’installation de résister à des vents jusqu’à 70 km/h. Des moteurs électriques font pivoter l’ensemble de la centrale en direction du soleil. A terme, ils pourraient être remplacés par des moteurs hydrodynamiques moins chers. Le premier prototype de la centrale du CSEM démarrera à la fin de l’année. Il mesurera « seulement » 80 mètres de diamètre, pèsera 70 tonnes et fournira une puissance de 100 kW. L’installation sera montée à terre, aux Emirats Arabes Unis, pour valider l’architecture générale du dispositif. Le CSEM prévoir de lancer la construction de sa version flottante dès le début 2010.

Thomas Blosseville

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Egaliseur hybride, constellation Starlink, mobilité hydrogène... les meilleures innovations de la semaine

Egaliseur hybride, constellation Starlink, mobilité hydrogène... les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

Engie et Air Liquide s’allient dans le projet HyGreen Provence pour de l'hydrogène vert

Engie et Air Liquide s’allient dans le projet HyGreen Provence pour de l'hydrogène vert

Le cerveau s'impose comme modèle

Analyse

Le cerveau s'impose comme modèle

Le développement de l’Haliade-X de General Electric avance tous azimuts

Le développement de l’Haliade-X de General Electric avance tous azimuts

Plus d'articles