Nous suivre Industrie Techno

Des robots facilitent la reproduction du corail

Des robots facilitent la reproduction du corail

Plusieurs LarvalBot seront testés fin novembre au large de l'Australie pour libérer des larves de corail sur les récifs.

© QUT

Baptisé LarvalBot, un robot sous-marin semi-autonome a été développé à l'Université de technologie du Queensland pour libérer des larves de corail à des endroits précis du récif. Le dispositif sera testé fin novembre 2018 au niveau de la Grande Barrière de corail au large de l'Australie. Les larves seront issues d'une rencontre facilitée entre des gamètes mâles et femelles dans un filet en surface.

Des chercheurs de l’Université de technologie du Queensland (QUT, Australie) ont développé LarvalBot : un robot sous-marin semi-autonome capable de disséminer des larves de corail. Avec des spécialistes de la restauration corallienne de l’université Southern Cross (Australie), ils tenteront de faciliter la reproduction des larves au niveau de la Grande Barrière de corail en cette fin novembre 2018. La date ne doit rien au hasard : il s’agit du moment estimé de la ponte massive du corail, qui a lieu une fois par an.

Lors de la ponte, le corail libère des gamètes mâles et femelles qui se rencontrent et donnent naissance à des larves. L’objectif des scientifiques : collecter des centaines de millions de gamètes et faciliter leur rencontre dans une enceinte flottante. Le développement de larves devrait durer une semaine environ. Elles seront ensuite emmenées à bord des robots et libérées aux endroits les plus appropriés du récif pour leur développement, et aussi les plus abîmés.

Les chercheurs parlent de deux ou trois robots opérationnels à la fin du mois : « L’un transportera environ 200 000 larves et l’autre environ 1,2 million, indique le professeur Matthew Dunbabin sur le site de QUT. Pendant l’opération, ils suivront des trajectoires prédéfinies à une profondeur constante à travers le récif et une personne déclenchera la libération des larves pour maximiser l’efficacité de la dispersion. »

LarvalBot est une évolution du RangerBot, un robot sous-marin développé précédemment pour combattre une espèce d’étoile de mer qui menace le corail. Muni d’un dispositif de vision capable de la reconnaître, il utilisait ensuite un bras robotisé pour lui injecter une substance fatale.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Vu sur le web] Produire de l’hydrogène vert sans électrolyseur : une avancée prometteuse dans la photo-électrolyse de l’eau

[Vu sur le web] Produire de l’hydrogène vert sans électrolyseur : une avancée prometteuse dans la photo-électrolyse de l’eau

D’après une publication relayée par IEEE Spectrum, le journal de l’association professionnelle « Institut des[…]

La stratégie électrique de Renault en trois points technos clefs

La stratégie électrique de Renault en trois points technos clefs

« Nous avons amélioré d’un facteur 100 le code de dynamique moléculaire dédié à l’optimisation des batteries », se réjouit Mathieu Salanne, vainqueur du Prix Spécial Joseph Fourier

« Nous avons amélioré d’un facteur 100 le code de dynamique moléculaire dédié à l’optimisation des batteries », se réjouit Mathieu Salanne, vainqueur du Prix Spécial Joseph Fourier

« Nous allons construire la gigafactory de batteries la plus efficace au monde », lance Christophe Mille, de Verkor

« Nous allons construire la gigafactory de batteries la plus efficace au monde », lance Christophe Mille, de Verkor

Plus d'articles