Nous suivre Industrie Techno

Des pompes géantes pour protéger Londres du débordement de ses égouts

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

, ,
Des pompes géantes pour protéger Londres du débordement de ses égouts

Un collecteur géant de 7,2 m de diamètre sur 7 km de long

© DR

Face à l’agrandissement de la capitale britannique les ingénieurs de Thames Water ont décidé de construire un collecteur de décharge de 7 km équipé de pompes de relevage d’un débit de 10 000 m3/h. Un défi pour le constructeur.

Afin de protéger Londres du débordement de ses égouts dans la Tamise lors des fortes pluies, les ingénieurs de Thames Water, l’opérateur historique des eaux londoniennes, ont imaginé de construire le Lee Tunnel. Ce collecteur de 7,2 m de diamètre intérieur relie directement la station de pompage d'Abbey Mills à la station de retraitement de Beckton, après un parcours de 6,9 km entre 50 et 75 m sous le quartier de Newham. Il permettra de désengorger le réseau d’égouts imaginé par les ingénieurs de l’époque victorienne. C’est le MVB JV consortium, dont fait partie le groupe français Vinci, qui en assure la construction dans le cadre d’un contrat de 476 millions d’euros. Il devrait être achevé en 2015. Une seconde phase du projet Thames Tideway sera alors engagée avec la construction d’un deuxième collecteur de 32 km baptisé Thames Tunnel.

Le premier collecteur sera alimenté par quatre pompes capables de rediriger vers lui jusqu'à 10 millions de litres d'eau par heure et ainsi empêcher 39 millions de tonnes d'eaux usées et d'eaux pluviales d'être déversés, chaque année, dans la Tamise. Ce sont les plus grandes pompes d’eaux usées jamais construites à ce jour.



                   Des pompes de 3,4 MW

Ces pompes géantes de 54 tonnes sont fabriquées par GIW Industries, une entreprise reconnue dans le monde entier en matière de conception, fabrication et mise en service de pompes centrifuges à boue de type ‘‘heavy duty’’. Ces pompes centrifuges dotées d’une roue à aubes de 2,2 m de diamètre sont entrainées par des moteurs électriques de 3,4 MW fonctionnant sous 6 600 V. Elles doivent non seulement être capables de traiter d'importants flux d'eaux usées, mais également de résister à l'usure et à la contamination de corps étrangers contenus dans les eaux usées.

Un montage de roulements crucial

C’est pourquoi GIW a choisis de travailler en partenariat avec SKF pour mettre au point un ensemble de roulements extrêmement robustes pouvant accepter des charges extrêmes et très variables. Cette solution devait aussi exiger le minimum de maintenance pour ces pompes situées à plus de 80 m sous terre.

Des butées à rotule sur rouleaux SRTB sont utilisées pour supporter les principales charges axiales, tandis que des roulements à rouleaux coniques TRB supportent la charge radiale à l'extrémité de l'arbre côté entraînement, ainsi que les charges axiales inverses. Des roulements à rotule sur rouleaux SRB supportent la charge radiale à l'autre extrémité de l'arbre. Pour garantir la sécurité de cette installation SKF a également livré quatre systèmes CircOil. Leur circuit hydraulique à accumulateur lubrifie les roulements en cas de panne de courant pendant deux minutes, pour que les pompes puissent s’arrêter en toute sécurité sans endommager les roulements.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.thameswater.co.uk

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

A Toulouse, les composites visent le ciel

A Toulouse, les composites visent le ciel

Créé en 1988 à Toulouse, le Critt Mécanique & Composites (Centre régional d'innovation et de transfert de[…]

L'Insa Toulouse va industrialiser son lanceur de ballons de rugby

L'Insa Toulouse va industrialiser son lanceur de ballons de rugby

Holomake, l’interaction manuelle augmentée

Fil d'Intelligence Technologique

Holomake, l’interaction manuelle augmentée

« Il faut cultiver le rêve pour innover », Philippe Pernod (IEMN)

L'innovation dans la peau

« Il faut cultiver le rêve pour innover », Philippe Pernod (IEMN)

Plus d'articles