Nous suivre Industrie Techno

Des personnes et objets "nomades" bien contrôlés

Wilfried Maisy
Des personnes et objets

© Apfouchard ; W. Maisy ; D.R.

Paris, du 21 au 24 octobre. La communication mobile s'enrichit de terminaux professionnels toujours plus fonctionnels. Via Internet, on trace tout : les hommes comme les marchandises.

Deux événements parisiens étaient consacrés aux technologies de communication durant la troisième semaine d'octobre : IP Convergence (issu du regroupement des ex-salons Convention VoIP, Mobile Office et M2M Forum), à la Porte de Versailles, et Traçabilité Progilog RFID, au Cnit de la Défense. Le premier accueillait 12 000 visiteurs professionnels et 327 exposants spécialisés en informatique, télécoms et réseaux. Le second, plus pointu et consacré aux systèmes d'information appliqués à la logistique et à l'industrie, rassemblait 130 exposants.

Sur IP Convergence, on pouvait mesurer le développement des services liés à la téléphonie mobile, grâce à des "smartphones" incluant des applications professionnelles. Les communications fixes et mobiles, opérées via GSM ou Wi-Fi, fusionnent dans des offres globales. L'objectif est d'optimiser la gestion des équipes mobiles, qu'il s'agisse de techniciens de maintenance, de commerciaux ou de livreurs. Sur Traçabilité, on découvrait des applications innovantes de suivi des flux logistiques et des marchandises, intégrant les technologies RFID, GPS et les communications GSM ou Wi-Fi. L'objet nomade, le terminal logistique, reste au coeur de la mouvance.

1. Suivi des missions sur PDA

Orange exposait sur son stand la solution Formulaires temps réel, s'appuyant sur l'intégrateur Praxedo. Il s'agit d'une interface Web permettant de saisir les ordres de missions. Elle est relayée sur le terrain par une application mobile fonctionnant sur des Smartphones Windows Mobile. Un technicien nomade reçoit son planning sur son PDA et transmet ainsi ses comptes-rendus d'intervention.

Une autre solution de suivi de livraison fonctionne grâce à un BlackBerry et une douchette Baracoda. Quand il remet un colis, le livreur flashe l'étiquette du bon, laquelle contient toutes les informations de l'expédition. Le lecteur transmet les informations au PDA, par liaison Bluetooth. L'ordinateur de poche les relaie à un serveur prestataire sur Internet ; puis à la société de logistique ou au client final, l'industriel ou le distributeur, qui dispose ainsi d'une preuve de livraison. Plusieurs autres terminaux durcis fonctionnent sur le même principe et permettent d'envoyer des photos, des signatures électroniques ou autres.

2. Des balises à toute épreuve

Le salon est aussi riche en objets autonomes et communicants. Ces outils de contrôle des marchandises permettent de retrouver un semi-remorque ou une palette d'une valeur élevée. Pour déjouer les voleurs, la nouvelle astuce des fournisseurs consiste à intégrer plusieurs techniques complémentaires de suivi et d'émission dans une seule balise. Les traceurs utilisent des émetteurs GPS et GSM. Ils incluent aussi des systèmes de fréquence radio et de téléphonie pour communiquer la position géographique.

Une fois "perdue", la balise émet un signal radio à moyenne portée, qui peut être repéré grâce à un petit détecteur portatif lors d'une recherche sur le terrain - au mètre près. On pourra le détecter parmi plusieurs véhicules dans un parking.

D'autres objets communicants permettent de transmettre des données plus complexes. Un système de suivi des températures à distance allie la radiofréquence RFID active, la localisation par GPS et les communications par réseau GSM/GPRS. Une étiquette radio émettrice autonome est liée à un lecteur radio à champ de réception réglable d'un mètre à plusieurs dizaines de mètres. Le tag RFID est couplé à un capteur de température dans un petit boîtier. Il émet à intervalle régulier un code comprenant l'identifiant de l'étiquette affecté au contenant et la valeur de la température interne. Le lecteur, installé dans la cabine du véhicule de transport, reçoit ces codes par radiofréquence et les transmet à un système embarqué GPS/GPRS en liaison avec le centre de gestion du client.

3. La RFID en application

Le salon Traçabilité a été marqué par l'annonce du « plus grand déploiement RFID en France », selon les protagonistes : le logisticien DHL Exel Supply Chain, l'intégrateur Neopost Logistics Systems et le distributeur allemand Metro Group. Le dispositif permet d'identifier et suivre tout au long de la chaîne d'approvisionnement les livraisons de produits secs et de brasserie destinés aux 91 points de vente en libre-service de Metro Cash & Carry en France. DHL Exel Supply Chain utilise des étiquettes RFID sur six plates-formes logistiques. Pas moins de 1,4 million de palettes sont ainsi identifiées par 153 portiques de lecture.

Lors du chargement, les étiquettes sont lues sans contact et les données transmises électronique-ment aux magasins destinataires. Lorsque les marchandises parviennent à destination, les étiquettes radio sont à nouveau lues à l'entrée des marchandises et comparées automatiquement avec la commande. En phase de pilote depuis deux ans, ce processus a été progressivement déployé entre les mois de janvier et de septembre 2008.

Entendu à Traçabilité

La RFID réduit les périodes de chargement, affine la précision des processus logistiques et permet de détecter les dysfonctionnements plus rapidement. »

Fabrice Croatto,

président de DHL Exel Supply Chain France & Maroc.

VU AUX SALONS

Pour contrôler la température Une étiquette RFID fabriquée par Ela Innovations est couplée à un capteur de température dans un petit boîtier communicant Naocom. Celui-ci émet à intervalle régulier un code comprenant l'identifiant du tag et la valeur de la température interne.

Pour imprimer des étiquettes RFID La technologie Sprint Gen2 de Stratège Print permet d'augmenter de 2,5 fois le débit de sortie de petites étiquettes, grâce à un système de programmation décalé de l'impression sur les machines Toshiba TEC. De plus, celles-ci sont capables de mesurer la puissance d'une puce par rapport à une fréquence définie, afin de vérifier l'efficacité de lecture.

Pour tout lire Le nouvel ordinateur CK3 d'Intermec lit rapidement des codes à barres 1D et 2D par imagerie numérique. Il permet la reconnaissance vocale, la capture d'images et la lecture RFID. Il communique par liaison radio 802.11a/b/g et Bluetooth.

Pour tracer des colis Étanche et programmable à distance, la balise Silex CR de Deveryware utilise plusieurs techniques de localisation : le réseau cellulaire GSM, le GPS et la radio goniométrie. L'émetteur radio peut être localisé dans les zones hors de portée des satellites, en particulier dans les sous-sols et les caisses maritimes. On peut demander au Silex d'envoyer un "SMS" au moment où le signal GPS est perdu. Sa batterie autorise une autonomie moyenne de huit mois.

Pour suivre des bagages Hub Telecom a développé à l'aéroport Paris-Charles-De-Gaulle un service de traçabilité des bagages par RFID. Dix portiques de lecture sont placés à l'entrée et à la sortie des zones de tri du Terminal 2. Une plate-forme de traitement vérifie la conformité des données. Les voyageurs peuvent également recevoir un SMS de confirmation à l'arrivée.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0906

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

ÉLECTROMÉNAGER

Focus

ÉLECTROMÉNAGER

La cuisson vapeur à la recherche du goûtSeb veut redonner du goût à la cuisson vapeur en lançant le projet de recherche "saveurs vapeurs". Labellisé[…]

01/04/2009 | AlertesR & D
GOOGLE RELANCE LINUX DANS LE MOBILE

GOOGLE RELANCE LINUX DANS LE MOBILE

Le microscope descend à l'échelle de l'atome

Le microscope descend à l'échelle de l'atome

Des métaux nobles issus du traitement des hydrocarbures

Des métaux nobles issus du traitement des hydrocarbures

Plus d'articles