Nous suivre Industrie Techno

Des particules robotiques qui collaborent

Des particules robotiques qui collaborent

“Particle robot” works as a cluster of simple units Loosely connected disc-shaped “particles” can push and pull one another, moving en masse to transport objects.

© D.R.

Des unités robotiques sensibles à l’intensité lumineuse forment un système capable de se mouvoir et de se déplacer même si certaines particules sont défaillantes. 

L’union fait la force ! La devise s’applique plutôt bien au nouveau système robotique mis au point par le MIT en collaboration avec plusieurs universités américaines. Les scientifiques ont développé des particules robotiques individuelles avec une base cylindrique qui contient notamment une batterie, un moteur, des capteurs d’intensité lumineuse et un système de communication. Sur cette base est placée une structure composée de petits panneaux connectés en forme de cercle dont le diamètre varie avec la dilation et la contraction mécanique des panneaux. Individuellement, les unités robotiques ne peuvent donc qu’osciller en volume. Mais une fois connectées entre elles par des aimants, elles peuvent se mouvoir et se déplacer sous l’impulsion d’une source lumineuse.

Une vague d’expansion et de contraction

Chaque unité émet en permanence un signal de l’intensité lumineuse enregistrée par ses capteurs. Plus la particule est proche de la source, plus l’intensité lumineuse enregistrée est importante. Les particules sont toutes équipées d’un algorithme qui analyse l’ensemble des informations émises par les autres unités, et elles sont programmées pour se dilater selon une séquence temporelle précise : les particules qui enregistrent le niveau d’intensité le plus élevée se dilatent en premier. Une vague mécanique d’expansion et de contraction se créé entraînant le déplacement du système. Les scientifiques ont réalisé un premier prototype composé de 24 particules robotiques. Et en simulant numériquement un cluster de 100 000 unités, ils ont montré que celui-ci continue de fonctionner même avec 20% des unités défaillantes. Par ailleurs, ce nouveau système robotique présente une grande flexibilité puisqu’il est possible d’ajouter et de retirer des particules à volonté.   

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

"L’aéronautique est le premier de cordée dans la fabrication additive", pointe le directeur France d'EOS

Interview

"L’aéronautique est le premier de cordée dans la fabrication additive", pointe le directeur France d'EOS

L'impression 3D gagne du terrain dans l'industrie. Mais son intégration est inégale entre les différents secteurs.[…]

Drone anti-incendie, cybersécurité, nanosatellites… les meilleures innovations de la semaine

Drone anti-incendie, cybersécurité, nanosatellites… les meilleures innovations de la semaine

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Plus d'articles