Nous suivre Industrie Techno

Des ondes sonores pour éteindre les incendies

Juliette Raynal
Des ondes sonores pour éteindre les incendies

© DR

Deux étudiants de l'Université George Mason ont mis au point un extincteur portable qui utilise, non pas de la mousse, mais des ondes sonores pour éteindre un incendie. Encore à l'état de prototype, le dispositif doit subir une batterie d'essais pour tester son efficacité dans différentes conditions. 

On le croirait tout droit sorti de l'imagination du Professeur Tournesol. Le dispositif mis au point par deux étudiants de l’Université George Mason dans l’Etat de Virginie aux Etats-Unis, Viet Tran et Seth Roberson, a pour but d'utiliser les propriétés du son pour éteindre un incendie. Spécialisé en ingénierie électrique, le tandem s'est pourtant lancé depuis un an dans une expérience loin de son domaine de prédilection. Il a récemment fait la démonstration d’un extincteur portable pour le moins original.

Le projet s’appuie les travaux précédemment réalisés par la Darpa. L’agence américaine pour les projets de recherche avancée de défense avait en effet déjà démontré il y a trois ans que l’utilisation d’ondes sonores permettait de disperser les flammes et de baisser leur température. Le système mis au point par les deux étudiants émet donc des ondes de basses fréquences, situées entre 30 et 60 hertz, qui déplacent l’oxygène dans la zone touchée par un incendie.

Interviewé par le Washington Post, Seth Roberson explique : « Les ondes sonores sont aussi des ondes de pression. Lorsqu’elles voyagent dans l’air, elles permettent de déplacer l’oxygène, élément indispensable à toute combustion. A une certaine fréquence, les ondes sonores permettent de séparer l’oxygène du combustible ». Portable, l’engin utilise un générateur de son et un petit amplificateur. Le tout est relié à un mécanisme qui permet de diriger les ondes vers les flammes.

Le prototype a été testé pour éteindre un petit foyer volontairement déclenché avec de l’alcool. Les deux étudiants doivent encore mener une batterie d’expérimentations pour valider l’efficacité de ce dispositif dans d’autres conditions. Ils ont d’ailleurs déposé une demande de brevet provisoire en novembre dernier, pour pouvoir réaliser ces essais et améliorer leur appareil. Le duo bénéficiera notamment de l’aide de différentes casernes de pompiers, qui se sont portées volontaires pour tester l’engin dans différents types d’incendies urbains. Les professionnels voient notamment dans cette innovation la possibilité de ne laisser aucun déchet toxique sur les lieux de l’incendie et de disposer d'un matériel permettant une plus grande mobilité. Les pompiers n’auraient, en effet, plus besoin d’être reliés à un camion-citerne. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

Masméca éprouve le navire vert

Dossiers

Masméca éprouve le navire vert

Eramet, BASF et Suez reçoivent 4,7 millions d'euros pour recycler les batteries Li-ion en Europe

Eramet, BASF et Suez reçoivent 4,7 millions d'euros pour recycler les batteries Li-ion en Europe

À Marseille, l'industrie européenne du photovoltaïque voit son "grand moment" arriver

À Marseille, l'industrie européenne du photovoltaïque voit son "grand moment" arriver

Plus d'articles