Nous suivre Industrie Techno

Des lentilles télescopiques qui zooment en un clin d'oeil

Des lentilles télescopiques qui zooment en un clin d'oeil

La lentille est dotée d'un télescope capable de zoomer 2,8 fois.

© crédits : epfl

Une équipe de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne a dévoilé des lentilles qui ont la capacité de zoomer à la demande du porteur.

Ces futures lentilles de contact vous en mettront plein la vue. Après les lentilles qui mesurent le niveau de glycémie, une équipe de chercheurs de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) a présenté le 13 février des lentilles munies d’un zoom intégré. Il suffit de cligner l’œil et d’être muni des lunettes adaptées pour activer un télescope de 1,5 millimètre et zoomer jusqu’à 2,8 fois. Un clin  d’œil de l’œil droit active le zoom et l’un de l’œil gauche le remet en position initiale.  

Le télescope de 1,5 millimètre est inséré dans la lentille et reflète la lumière par un jeu de miroirs intégrés. La lentille est un assemblage de pièces de plastique, de miroirs en aluminium et de films minces polarisants avec une glue biologique. Pour permettre à l’œil de respirer, l’équipe a dû intégrer des canaux de 100 microns de diamètre à travers la lentille, qui laisse circuler l’air.

Les chercheurs ont dû également donner la capacité aux lentilles de s’activer électroniquement lors des clins d’œil, mais aussi de différencier ceux-ci des battements de paupières réguliers. Pour activer les lentilles, les utilisateurs doivent être appareillées de lunettes adaptées qui reconnaissent les clins d’yeux mais ignorent les battements de cils. Quand les porteurs ferment leur œil droit, les verres de lunettes changent la polarisation de la lumière. Sous cette polarisation, les lentilles activent le télescope. Un clin d’œil gauche permet de rentrer le télescope.

Le dispositif pourrait constituer une réponse à la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), qui entraine une perte progressive ou rapide de la vision centrale. Un million de personnes sont concernées par cette pathologie en France. Il existe actuellement des lunettes équipées de télescopes mais celles-ci sont encombrantes, très peu esthétiques et nécessitent de tourner la tête avec le regard. Si la technologie développée par les chercheurs de l’EPFL nécessite toujours des lunettes, assez voyantes, le mouvement du télescope n'est plus aussi gênant qu'intégré sur les lunettes, et celles-ci sont appelées à évoluer vers plus de discrétion. Il est également possible de se faire poser directement un télescope dans l’œil mais l’opération est coûteuse : 8 100 euros, selon le Daily Telegraph.

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Nous voulons créer en France un Tesla de la batterie sodium-ion », affirme Laurent Hubard, directeur de Tiamat Energy

« Nous voulons créer en France un Tesla de la batterie sodium-ion », affirme Laurent Hubard, directeur de Tiamat Energy

Tiamat Energy a annoncé le 21 novembre son intention de construire la première ligne de production de batteries sodium-ion au monde,[…]

Un béton fibré plus écologique pour renforcer les ouvrages

Fil d'Intelligence Technologique

Un béton fibré plus écologique pour renforcer les ouvrages

Pour bien commencer la semaine : HeXplora, l'open innovation selon Segula Technologies

Pour bien commencer la semaine : HeXplora, l'open innovation selon Segula Technologies

« Nous voulons favoriser l’appropriation de la fabrication additive par les industriels », affirme Guillaume de Crevoisier, directeur commercial mondial des solutions d'impression 3D chez Arkema

« Nous voulons favoriser l’appropriation de la fabrication additive par les industriels », affirme Guillaume de Crevoisier, directeur commercial mondial des solutions d'impression 3D chez Arkema

Plus d'articles