Nous suivre Industrie Techno

Des éoliennes de cent mètres pour GE

Charles Foucault
Des éoliennes de cent mètres pour GE

Les éoliennes développées par WTS se montent sans grue.

© DR

GE Power & Water a investi dans une nouvelle technologie permettant d’aller chercher le vent toujours plus haut. Les coûts structurels et de montage des éoliennes étaient jusqu’alors démentiels pour dépasser les 80 mètres de haut.

Les turbines atteignent à leur tour les plus haut des cieux grâce à une nouvelle structure développée par la société WTS (Wind Tower Systems), devenue Wasatch Wind. En 2002, cette entreprise américaine a reçu une bourse du gouvernement US pour étudier les concepts des éoliennes et en proposer un nouveau, moins cher et plus facile à mettre en place.

Vendredi dernier, GE Power & Water a annoncé l’acquisition des technologies issues de ces travaux, aujourd’hui arrivées au stade industriel. Après avoir abandonné l’idée de fabriquer des éoliennes entièrement en composite pour cause de manque de rigidité et de résistance aux oscillations, WTS a proposé une ossature en acier recouverte d’un tissu architectural. Celui-ci mime l’apparence des tubes d’aciers qui composent d’habitude les éoliennes et permet le respect des normes en termes de mortalité et de perchage aviaire.

L’épaisseur des tubes d’acier couramment utilisés augmente exponentiellement avec la hauteur des éoliennes, afin d’en assurer la rigidité. De plus, les camions et grues nécessaires au transport et au montage de telles structures sont très spécifiques. Les coûts impliqués deviennent exorbitants dès qu'il s'agit de construire une éolienne de plus de 80 mètres. Le système développé par WTS est, lui, transportable dans des containers et sur des camions classiques. Une fois tous les éléments arrivés sur le chantier, pas besoin de grue : la structure contient le mécanisme qui permet de monter les éléments entre eux. Inspiré des systèmes de montage des tours portant les antennes d’émission de radio et de télévision, ce dispositif, un Gin Pole (potence amovible avec une poulie), est déplacée sur l’ossature au fur et à mesure de son érection et assure l’ascension des éléments suivants. Pour l’élévation de la nacelle et des éléments de rotor, plus lourds, un second système se déploie au sommet de la tour érigée.

D’après une étude, validée par le SBIR (Small Business Innovation Research) du gouvernement américain, le gain en énergie produite permis par le passage des éoliennes de 80 à 100 m est de 10 %, tandis que son coût de production diminue de 12 %. Reste l’aspect esthétique, que dirons les détracteurs d’éoliennes de la taille d'un immeuble de trente étages ?

Charles Foucault

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Hydroquest annonce la mise en service de son hydrolienne marine à double axe vertical

Hydroquest annonce la mise en service de son hydrolienne marine à double axe vertical

Le fabriquant d’hydroliennes fluviales et marines Hydroquest et Construction mécaniques de Normandie (CMN) ont annoncé le 15[…]

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Premier bilan positif pour l'éolienne marine flottante Floatgen

Premier bilan positif pour l'éolienne marine flottante Floatgen

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles