Nous suivre Industrie Techno

Des DVD de 100 Go grâce à la super-résolution du CEA-Léti

Industrie et  Technologies

Le CEA-Léti vient de présenter une technologie dite de super-résolution qui devrait permettre de quadrupler la capacité des DVD. Le tout sans changer ni le format ni le mode de lecture.

Aujourd'hui, la capacité de stockage de données permise par les CD et les DVD doit répondre à l'arrivée de nouvelles applications multimédias, telles que la vidéo haute définition. Récemment commercialisé, le format BluRay a déjà permis de quintupler la capacité de stockage d'un DVD, de 4,7 à 25 gigaoctets pour un DVD simple niveau.

Le Laboratoire d'électronique et de technologie de l'information (Léti) du CEA travaille sur l'augmentation de cette capacité, avec la contrainte de ne pas changer pour autant de format, ni de mode de lecture. Les chercheurs du CEA-Léti ont ainsi mis au point la technique dite de "super-résolution", qui repose à la fois sur un traitement de la surface du disque et sur la reconnaissance des signaux par le laser. La capacité de stockage du BluRay pourrait ainsi tripler voire quadrupler.

Du CD au BluRay, le principe du stockage des données reste le même : une succession de marques sculptées sur le disque, suivant une spirale qui va en s'élargissant comme sur un disque vinyle. La taille plus ou moins importante - à l'échelle nanométrique - de ces sculptures différencie déjà les capacités de stockage des différents formats. La dimension de la plus petite marque est de 160 nm pour un BluRay, contre 400 nm pour un DVD. Un rayon laser "lit" ensuite les creux et les bosses qui sont traduits en langage numérique ; sa longueur d'onde est adaptée à la "finesse" de lecture ; ce laser est ainsi rouge dans le cas du CD et du DVD, bleu dans le cas du BluRay.

Avec la technique de "super-résolution", le laboratoire de stockage optique du CEA-Léti s'affranchit de la limite de diffraction du système BluRay - c'est-à-dire sa finesse maximale de lecture - fixée à 120 nm, pour "lire" des marques réduites à 80 nm. La "super-résolution" consiste d'une part à utiliser en surface du disque un matériau semi-conducteur "l'antimoniure d'indium" (InSb) : ce matériau permet de lire de plus petites marques, car il concentre la partie la plus intense du faisceau laser (sa partie centrale), évitant ainsi que le faisceau n'en lise plusieurs à la fois.

D'autre part, pour traduire les signaux lus par le faisceau laser en langage numérique, les chercheurs du Léti ont adapté à la "super-résolution" des algorithmes dits PRML4 (Partial Response Maximum Likelihood), déjà utilisés en micro-électronique. Ces algorithmes indiquent au lecteur BluRay la traduction la plus "probable" en langage numérique des signaux détectés.

Cette 4e génération de disque optique permettra de multiplier par 3 ou 4 la capacité de stockage du BluRay : de 25 Gigaoctets à 75-100 Go pour un disque simple niveau.

Attendues pour 2010-2012, ces technologies répondraient notamment au développement de la "full HD" utilisant des écrans de tailles croissantes. Les recherches menées par le CEA-Léti font l'objet de discussions avec de grands industriels du secteur.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www-leti.cea.fr

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Portrait] Fabrice Semond, le chercheur qui façonne les surfaces de silicium atome par atome

[Portrait] Fabrice Semond, le chercheur qui façonne les surfaces de silicium atome par atome

Ce chercheur CNRS travaille depuis plus de vingt ans sur l’épitaxie par jets moléculaires de nitrure de gallium sur silicium.[…]

Des transistors en phosphore noir pour déguiser les puces électroniques face aux hackers

Fil d'Intelligence Technologique

Des transistors en phosphore noir pour déguiser les puces électroniques face aux hackers

« Nous souhaitons diviser par cinquante les coûts de la technologie RFID », avance Etienne Perret (Grenoble INP)

« Nous souhaitons diviser par cinquante les coûts de la technologie RFID », avance Etienne Perret (Grenoble INP)

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Dossiers

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Plus d'articles