Nous suivre Industrie Techno

Des drones pour améliorer les modèles météorologiques

Des drones pour améliorer les modèles météorologiques

Le Meteodrone de la société Suisse-Allemande Meteomatics.

© Météodrones

Formation de brouillards, nuages bas, orages, tornades… sont autant d’événements météorologiques qui souffrent encore de grandes incertitudes. Et pour cause, aucun des instruments actuels n’est capable d’effectuer des mesures reproductibles et quotidiennes de la couche limite atmosphérique et du début de la troposphère libre. Mais les Meteodrones de la société Suisse-Allemande Meteomatics souhaitent changer la donne.

Améliorer les prévisions météorologiques en comblant les incertitudes des modèles existants. Tel est le but des drones développés et commercialisés par la société Suisse-Allemande Meteomatics. Une première dans le domaine qui se concrétise par des mesures quotidiennes des profils verticaux atmosphériques de 1 à 3 000 mètres d’altitude. Fabriqués à 80 % par les ingénieurs de la société, les Meteodrones se déclinent en trois modèles différents capables d’affronter toutes les conditions météo : « Classic », « XL » et « Severe Storm Edition ». Ils sont munis de capteurs capables de mesurer les paramètres essentiels de l’atmosphère –température, humidité, turbulence…– mais aussi les composants chimiques de l’atmosphère comme le CO2 ou les particules fines. La vitesse et la direction du vent sont par ailleurs calculées à partir des inclinaisons du drone par rapport à la verticale. Autant d’informations, jusqu’alors indisponibles à ces échelles d’altitude et à cette fréquence, susceptibles de nourrir et d’améliorer les performances des modèles météorologiques. « Nous avons accumulé plus de 15 000 profils verticaux en 5 ans, soit 3 000 heures de vol. En intégrant ces données dans des modèles météorologiques, nous avons pu démontrer l’amélioration de la qualité des prévisions d’orages, de brouillards, de fortes chutes de neige, de nuages bas ou encore de tornades par rapport au même modèle sans ces informations », détaille Matthias Piot, météorologue et directeur commercial de la société.

Améliorer les modèles météorologiques

En effet, quand les ballons sondes sont difficiles à opérer et ne permettent pas de reproduire les mesures pour valider les données, les Meteodrones multiplient les mesures toutes les 20 minutes pour assurer leur fiabilité. « Récemment, nous avons mesuré la présence d’une couche très fine et extrêmement sèche au-dessus de la couche limite. Il s’agit là d’une “dry tongue”, un air très sec provenant du Sahara: Si un ballon sonde avait mesuré ce profil, cette donnée non reproductible aurait été supprimée car considérée comme une erreur. Or nos drones ont pu démontrer la présence de cette couche sèche plusieurs heures au même endroit, illustre Matthias Piot. Quant aux drones avions de Météo France, outre leur utilisation réservée aux campagnes de mesures et donc sans continuité dans le temps, ils n’effectuent que des mesures planes et sans trajectoires répétées à une altitude maximale de 1 000 mètres. »

Car oui, l’idée de déployer les Meteodrones à large échelle va bien plus loin que la simple amélioration de campagnes de mesure. Et leurs applications potentielles, de la prédiction de l’apparition et de la durée des brouillards sur les pistes d’aéroports au contrôle de la pollution urbaine en passant par la validation des informations satellitaires, sont nombreuses. Mais l’objectif principal de Meteomatics reste l’amélioration globale des modèles météorologiques. « Nous recherchons simplement des entreprises, instituts météo ou entités gouvernementales intéressé(es) par cette technologie pour améliorer leurs modèles. Notre but ultime serait de pouvoir installer des dizaines de drones sur chaque territoire en Europe afin de mieux prédire le temps », résume Matthias Piot. En attendant ce déploiement, la société s’attelle au développement d’une « meteobase » qui permettra l’autonomie totale –chargement des drones, vols et récupération des données– des Meteodrones.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider[…]

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

A Toulouse, des drones hybrides à l'assaut des incendies

A Toulouse, des drones hybrides à l'assaut des incendies

Le CEA et AddUp s'associent pour développer la fabrication additive dédiée au secteur de l'énergie

Le CEA et AddUp s'associent pour développer la fabrication additive dédiée au secteur de l'énergie

Plus d'articles