Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

Des composants électroniques "mous" pour épouser la forme du corps

Julien Bergounhoux
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Des composants électroniques

© UT Dallas

Des chercheurs ont mis au point des composants électroniques qui restent rigides à température ambiante mais deviennent flexibles une fois qu'ils sont sujets à la température du corps. Des recherches qui pourraient révolutionner les implants biologiques.

Des chercheurs de l'université du Texas à Dallas et de l'université de Tokyo ont créé des composants électroniques qui ramollissent
une fois implantés dans le corps. Cela leur permet de s'agripper aux tissus, voire de s'enrouler autour de nerfs ou de vaisseaux sanguins. Ces transistors adaptatifs pourraient permettre aux médecins d'obtenir des informations sur le fonctionnement corporel ou de le stimuler lors de traitements.

Ces recherches présentent un intérêt particulier car l'implantation d'appareils électroniques est généralement limitée par la rigidité des composants, qui est incompatible avec les besoins des tissus biologiques. Mais les implants se doivent néanmoins d'être suffisamment rigides lors de la procédure chirurgicale pour être correctement installés par le médecin. L'utilisation de polymères à mémoire de forme, capables de changer d'état en fonction de la température à laquelle ils sont soumis, est la clé de la résolution de ce problème.

DES TRANSISTORS MÉTAMORPHES

En plus des polymères, les composants électroniques eux-mêmes sont fabriqués à partir de couches faites de fines feuilles de métal, une technologie développée lors de recherches publiées en 2013 dans la revue Nature. Les chercheurs ont fabriqués les implants à l'aide d'un semiconducteur organique mais en employant des techniques habituellement utilisées pour la création de composants électroniques en silicium, notamment afin de réduire les coûts de fabrication. Ils sont ainsi parvenus à laminer et durcir les polymères à mémoire de forme sur les transistors.

Lors de tests, l'appareil a pu être déployé autour d'un cylindre de seulement 2,25 mm de diamètre, et lors de son implantation dans des rats il s'est parfaitement intégré aux tissus vivants tout en conservant ses propriétés électroniques. La prochaine étape est de miniaturiser les appareils pour les intégrer à des objets encore plus petits et pour y ajouter plus de composants. L'ensemble des travaux a été publié dans la revue Advanced Materials.

Ci-dessous une vidéo démontrant les propriétés de l'implant :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Transformateur pour smart grids, reconnaissance gestuelle, polymère de résistance au feu... les innovations qui (re)donnent le sourire

Transformateur pour smart grids, reconnaissance gestuelle, polymère de résistance au feu... les innovations qui (re)donnent le sourire

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider[…]

 Un transformateur plus compact pour les smart grids

 Un transformateur plus compact pour les smart grids

Un graphène "pâte à modeler" pour étendre les usages

Un graphène "pâte à modeler" pour étendre les usages

Une sonde thermique pour imprimer des électrodes nanométriques

Une sonde thermique pour imprimer des électrodes nanométriques

Plus d'articles