Nous suivre Industrie Techno

Des colonnes ballastées pour consolider le quai

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

,
L’utilisation de 1225 colonnes de gravier, proposée par un groupement d’entreprise pour le port de Dunkerque, a évité la mise en place d’une solution lourde et complexe.

L’agrandissement du quai des Flandres, dans le port autonome de Dunkerque, nécessitait d’importants travaux de dragage afin d’autoriser, par toutes conditions de marée, l’accostage des porte-conteneurs.

 La stabilité des talus sous-marins, le long des fouilles, était l’un des problèmes essentiel. De précédents travaux, réalisés en 1987, s’étaient en effet soldés par un affaissement de plus de 200 000 m3 au cœur d’un bassin fraîchement creusé.

Explications géologiques : la présence d’une couche de limon de 2 m d’épaisseur, coincée dans les terrains sableux entre 13 et 15 m de profondeur. Les différences de caractéristiques mécaniques et de perméabilité des matériaux (le sable est compact et poreux, le limon moins perméable et moins consistant) avaient provoqué le glissement de la couche supérieure de sable, suite à la liquéfaction des limons sous l’effet des marées.

Pour éviter le renouvellement d’un tel événement, le cahier des charges du Port autonome de Dunkerque prévoyait la mise en place, depuis une plate-forme remblayée hors eau, de drains de sable verticaux au niveau des sols limoneux.

Une solution lourde et complexe qui nécessitait de battre des tubes d’acier de grands diamètres à des profondeurs importantes, dans des sables compactes, ainsi que la construction, puis la démolition, de digues provisoires.

D’où le choix de la variante proposée par le groupement d’entreprises Dredging International-GTM Terrassement-Ménard Soltraitement, en l’occurrence l’inclusion de colonnes ballastées dans le terrain sableux.

 Dans la pratique il s’agissait d’injecter dans le sous-sol, depuis un ponton flottant dans la darse, un matériau drainant (graviers siliceux de granulométrie 4/12,5 mm) entre les cotes –10 et –15 m. Les colonnes ballastées de 5 m de hauteur (diamètre 80 cm) ainsi créées assurent ainsi une parfaite circulation de l’eau entre les couches de sable, en évitant les surpressions et la liquéfaction du limon, tout en participant à la consolidation du terrain.

Le dragage final, à la profondeur souhaitée, pouvait ensuite être parachevé sans aucun risque de glissement.

Les 1225 colonnes de gravier réalisées, qui s’étendent sur une superficie de 15 000 m2 (maillage 3,50 x 3,50 m) ont été mises en œuvre au moyen d’une machine spécifique, constituée d’une grue à câbles, montée sur un ponton flottant, et équipée d’une tête vibrante.

Le fonçage de l’outil était assuré par un train de tubes relié à une trémie, l’ensemble constituant un sas fermé mis en pression à l’air comprimé.

 La précision d’exécution requise pour ces travaux, effectués en aveugle, a été obtenue, dans le plan horizontal, par l’utilisation d’un système de positionnement par satellite DGPS, tandis que les mesures d’inclinaison de la flèche et de longueur de câble déroulé indiquaient la profondeur atteinte.

Le volume de matériaux injecté, déterminé en continu par des capteurs permettait, quant à lui, de calculer en temps réel la hauteur de chaque colonne.

Philippe Donnaes

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles