Nous suivre Industrie Techno

Des bactéries pour la production de bioéthanol

S. P.

Sujets relatifs :

, ,
Une start-up française propose de remplacer les levures par des bactéries pour produire du bioéthanol.

Deinove, spin-off de l'Institut Necker et de l'université Paris 5, a misé sur les travaux de Miroslav Radman, un biologiste connu pour ses recherches sur les mécanismes de réparation de l'ADN, pour se lancer dans l'aventure industrielle du bioéthanol. Au coeur du projet, la bactérie Deinoccocus radiodurans. Extrêmement résistante, cette petite bête est même capable de "ressusciter", en réassemblant son matériel génétique après destruction.

Alors que les levures utilisées pour la fermentation sont très sensibles à la température (un inconvénient de taille puisque la réaction est exothermique) et aux fortes concentrations d'éthanol, cette bactérie n'en souffrirait pas. Mieux, ce procédé microbiologique offrirait un meilleur rendement, que ce soit pour les biocarburants de première génération (avec de l'éthanol obtenu à partir de sucres extraits de plantes), ou de seconde génération (à partir de matières lignocellulosiques extraites de résidus agricoles).

« Pour le moment, tout le processus est opérationnel à l'échelle d'un fermenteur de 300 litres, que ce soit le laboratoire, le personnel, le projet, les contrats externes, etc. », indique Jacques Biton, le directeur général de Deinove. Grâce au 1,9 million d'euros levés (auxquels s'ajoutera 1,4 million fin 2008) pour financer son développement industriel, la start-up se donne jusqu'en 2010 pour atteindre ce premier palier. « Puis il faudra travailler dans de réelles conditions industrielles sur un 5 m3 », envisage Jacques Biton. Une seconde étape qui se fera en partenariat avec un industriel.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0899

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La bioimprimante robotisée de Poietis prend ses marques dans les hôpitaux marseillais

La bioimprimante robotisée de Poietis prend ses marques dans les hôpitaux marseillais

Hôpitaux de Marseille et la société Poietis ont annoncé le 24 novembre avoir installé un système de[…]

« Les deeptech vont favoriser l’émergence d’une bioproduction plus réactive et plus flexible », estime Paul Kauffmann, cofondateur de MagIA Diagnostics

« Les deeptech vont favoriser l’émergence d’une bioproduction plus réactive et plus flexible », estime Paul Kauffmann, cofondateur de MagIA Diagnostics

Quantum Surgical : le prêt de 15 millions d’euros de la BEI qui va accélérer le lancement de son robot médical

Quantum Surgical : le prêt de 15 millions d’euros de la BEI qui va accélérer le lancement de son robot médical

Comment Owkin entraîne des modèles d'IA sans transférer les données avec le federated learning

Comment Owkin entraîne des modèles d'IA sans transférer les données avec le federated learning

Plus d'articles