Nous suivre Industrie Techno

Dépister massivement grâce aux tests PCR salivaires : la HAS dit non… pour le moment

Xavier Boivinet

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Dépister massivement grâce aux tests PCR salivaires : la HAS dit non… pour le moment

Depuis la rentrée, les étudiants et le personnel de l'Université de l'Illinois Urbana-Champain (Etats-Unis) peuvent se faire dépister au Covid-19 deux fois par semaine grâce à des tests RT-PCR sur prélèvement salivaire.

© Fred Zwicky / University of Illinois

Dans un avis du 18 septembre, la Haute autorité de santé (HAS) a autorisé l’utilisation et le remboursement des prélèvements salivaires destinés à l'analyse RT-PCR pour détecter une infection au Sars-CoV-2 chez les patients symptomatiques. Mais pas chez les asymptomatiques, pour qui la HAS estime que les tests salivaires en sont pas assez sensibles. Cet avis écarte de facto l'usage des tests salivaires pour un dépistage de masse alors que dans d'autres pays comme la Belgique et les Etats-Unis, leur simplicité est mise à profit pour multiplier et rendre plus fréquents les tests.

D'accord pour les prélèvements salivaires, mais pas pour les asymptomatiques. Dans son avis du 18 septembre, la Haute autorité de santé (HAS) juge que les tests virologiques RT-PCR sur prélèvement salivaire peuvent compléter les tests sur prélèvement nasopharyngé chez les personnes symptomatiques dont les symptômes sont apparus il y a moins de sept jours et qui ne sont pas hospitalisés. Dans ce cas, la HAS se dit « favorable à leur utilisation et leur remboursement ».

En revanche, elle ne les recommande pas pour les personnes asymptomatiques chez qui ils sont jugés « très peu performants ». Pour eux, le prélèvement nasopharyngé reste de vigueur. Ce rejet des prélèvements salivaires pour les patients asymptomatiques empêche ce qui pourrait être leur usage le plus fécond : un dépistage massif et répété grâce à ces prélèvements plus simples et plus acceptés. En effet, ils peuvent être réalisés par le patient lui-même, sans avoir recours à du personnel formé, et sont bien sûr plus confortables.

60 000 personnes testées 2 fois par semaine sur un campus américain

Un exemple intéressant se passe en Belgique : depuis la rentrée, l’Université de Liège offre à ses étudiants la possibilité de se faire tester une fois par semaine grâce à des tests RT-PCR sur prélèvement salivaire, qu'ils soient symptomatiques ou pas. De même aux Etats-Unis, l’Université de l'Illinois à Urbana-Champaign utilisent depuis fin août une technique similaire pour tester son personnel et ses étudiants deux fois par semaine. Soit quelque 60 000 personnes !

Mais la HAS met en avant les résultats préliminaires de l'étude Covisal démarrée en août en Guyane : dans 3 cas asymptomatiques sur 4, affirme l'institution, le Sars-CoV-2 n’est pas détecté par des tests RT-PCR sur prélèvement salivaire. Leur sensibilité est donc « très faibles », juge la HAS.

Les données se font attendre

La HAS précise toutefois que ses positions pourraient être révisées lorsque l’étude Covisal sera terminée ou si d’autres résultats lui sont rapportés – comme ceux de l’étude Salmicov menée par le Service de santé des armées.

L’efficacité des tests RT-PCR sur prélèvement salivaire commence à être bien documentée concernant les personnes symptomatiques. Dans une synthèse de la littérature scientifique publiée le 21 juillet dans la revue Biosensors and Bioelectronics, des chercheurs du Département de médecine de laboratoire clinique à Guangzhou (Chine) indiquent que « l’utilisation de la salive pour détecter le Sars-CoV-2 se révèle plus sensible et plus fiable que les prélèvements nasopharyngés ». Les chercheurs chinois tirent leur conclusion d’études menées sur des patients ayant des formes sévères du Covid-19 - hospitalisés ou en soins intensifs -, donc très symptomatiques (ici et ici).

Les données concernant des prélèvements salivaires sur des patients ayant des formes légères ou asymptomatiques sont encore peu nombreuses. Mais ceux-ci pourraient tout de même parfois s’avérer utiles. Dans un article paru le 28 août dans la revue New England Journal of Medicine, des chercheurs de l’École de santé publique de Yale (Etats-Unis) ont testé 495 personnels soignants. Chez sept patients astymptomatiques, les tests RT-PCR sur prélèvement nasopharyngé n’ont pas détecté l’ARN du Sars-CoV-2, alors que les tests sur prélèvement salivaire avaient rendu un résultat positif. Des tests additionnels ont confirmé que ces patients étaient bien infectés.

L'engorgement des laboratoires non résolu

Toutefois, les prélèvements salivaires ne résolvent pas le problème d’engorgement des laboratoires et les délais d’attente avant d’obtenir le résultat de l’analyse. Avec des prélèvements facilités grâce à l’utilisation de tests salivaires, la HAS met même en garde contre une possible augmentation de l’engorgement au niveau des laboratoires pour la phase d’analyse par RT-PCR : « Si tel est le cas, l’augmentation des délais de rendu des résultats auraient un impact organisationnel négatif malgré l’augmentation du nombre de tests réalisés. »

D’autres tests, comme les tests antigéniques qui fournissent des résultats en 30 minutes, permettraient de limiter les délais et l’engorgement des laboratoires. La HAS indique mener des travaux pour les évaluer.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

HP muscle sa microfluidique pour peser dans la pharmacie et le médical

HP muscle sa microfluidique pour peser dans la pharmacie et le médical

A l’occasion de son Innovation Summit, qui s’est tenu virtuellement le 15 octobre, le spécialiste de l’impression HP a mis en[…]

16/10/2020 | MicrofluidiqueImpression 3D
Pour bien commencer la semaine, la HAS élargit l’autorisation des tests antigéniques

Pour bien commencer la semaine, la HAS élargit l’autorisation des tests antigéniques

La HAS donne son aval au dépistage ciblé du Covid-19 par tests antigéniques

La HAS donne son aval au dépistage ciblé du Covid-19 par tests antigéniques

Le test salivaire rapide EasyCov livre les résultats de son étude clinique et espère convaincre la HAS

Le test salivaire rapide EasyCov livre les résultats de son étude clinique et espère convaincre la HAS

Plus d'articles