Nous suivre Industrie Techno

Dépistage préventif et répété du Covid-19 grâce aux tests salivaires : une efficacité prouvée dans la lutte contre la pandémie

Kevin Poireault

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Dépistage préventif et répété du Covid-19 grâce aux tests salivaires : une efficacité prouvée dans la lutte contre la pandémie

© Yale University

La publication dans la prestigieuse revue Cell des résultats du test RT-PCR salivaire SalivaDirect développé à Yale vient rappeler l'intérêt majeur de ces tests pour lutter contre l'épidémie autrement que par des restrictions et confinements. Grâce à des dépistages préventifs et répétés qui se déploient à l'étranger mais toujours pas en France.

Les tests salivaires du Covid-19 à l'honneur dans la prestigieuse revue de microbiologie Cell. L'édition datée du 12 février prochain publie les résultats de SalivaDirect, protocole simplifié de tests RT-PCR par prélèvement salivaire développé à l’université de Yale. L'étude montre la bonne sensibilité du test (peu de faux négatifs) chez des patients hospitalisés ainsi qu'une spécificité élevée (peu de faux positifs) chez des sujets en bonne santé.

SalivaDirect n'a pas attendu cette publication pour avancer. Ces résultats avaient d'ailleurs été pré-publiés le 28 septembre. Surtout : la Food and Drug Administration (FDA) américaine lui avait accordé dès le 20 août une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA), lançant ainsi son déploiement. SalivaDirect est aujourd’hui utilisé « dans 91 laboratoires répartis dans 33 Etats américains », revendique Anne Wyllie, l’une des autrices de l’étude, interrogée par Industrie & Technologies.

L'intérêt premier des tests RT-PCR salivaire est de permettre un dépistage préventif répété de populations ciblées. SalivaDirect a ainsi été utilisé pour tester quotidiennement des équipes de basket de la NBA américaine. En France, ce type de dépistage se heurte toujours à la Haute autorité de santé (HAS) qui refuse à recommander les tests salivaires pour les asymptomatiques, même si son dernier avis, du 23 janvier, permet d'espérer une évolution de sa position.

Des cours maintenus en présentiel à l'université de l’Illinois à Urbana-Champaign

Pourtant, « l’efficacité du dépistage préventif massif grâce aux tests RT-PCR par prélèvement salivaire n’est plus à prouver », tranche Paul Hergenrother, chercheur en microbiologie à l’origine du test similaire à SalivaDirect développé à l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign (UIUC). Sa mise en œuvre sur le campus depuis juillet 2020 est un succès : grâce au test de 40 000 personnes chaque semaine (plus de 1,2 millions de tests effectués à ce jour), les étudiants d’UIUC ont pu rester sur le campus et assister au cours en présentiel sans interruption.

Le dépistage (et l'isolement associé) a même permis de passer d’un taux de positivité de 2,86% en août 2020 à 0,26% aujourd’hui. « Et nous sommes fiers de pouvoir dire qu’aucun de nos élèves n’a propagé le virus hors du campus », s’enthousiasme Paul Hergenrother. Ce type de dépistage a été étendu à une vingtaine de sites dans l’État de l’Illinois et une autre vingtaine ailleurs dans le pays. Le test de l'UIUC attend de recevoir à son tour une autorisation d’urgence de la FDA, après avoir déposé une demande en décembre dernier.

En Belgique, après les maisons de repos, le tour des écoles

Les Etats-Unis ne sont pas un cas isolé. Un peu partout dans le monde, « le dépistage par tests salivaires connaît un véritable momentum », assure à Industrie & Technologies Fabrice Bureau, vice-recteur de l’université de Liège, en Belgique. Après avoir testé chaque semaine les 30 000 étudiants et personnels de l'Université à l'automne, Fabrice Bureau a mené, avec succès, un dépistage systématique des personnels des les maisons de repos de la région wallone.

La Belgique s’apprête à le déployer dans toutes les écoles du pays à la mi-février. Les Philippines viennent tout juste d’autoriser son usage à l’échelle nationale et des grandes organisations internationales, comme la Croix-Rouge, l’utilisent sur plusieurs de leur sites sur la planète. A quand la France ?

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Anticorps polyclonaux : Xenothera démarre l'essai clinique de phase 3 de son traitement anti-covid.

Anticorps polyclonaux : Xenothera démarre l'essai clinique de phase 3 de son traitement anti-covid.

La biotech française Xenothera a annoncé le 3 mai le démarrage d'un essai clinique de phase 3 de son traitement anti-Covid.[…]

29/04/2021 | Traitements et vaccins
Une nouvelle étude relance le débat sur l'efficacité du bamlanivimab contre le covid-19

Une nouvelle étude relance le débat sur l'efficacité du bamlanivimab contre le covid-19

Covid-19 : des projets de vaccins sous forme de spray nasal pour cibler le virus dès son entrée dans le corps

Covid-19 : des projets de vaccins sous forme de spray nasal pour cibler le virus dès son entrée dans le corps

L’Agence européenne des médicaments établit que la thrombose est un effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca

L’Agence européenne des médicaments établit que la thrombose est un effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca

Plus d'articles