Nous suivre Industrie Techno

abonné

Demain, dans nos assiettes...

Demain, dans nos assiettes...

© IT

S'ils cherchent avant tout à substituer les protéines animales de façon « transparente » pour le consommateur, afin d'améliorer l'acceptabilité de leurs nouvelles recettes, les industriels planchent aussi sur des solutions de rupture. Certaines pourraient ne jamais voir le jour, mais d'autres finiront peut-être par s'inviter à notre table.

De l'omelette aux algues

Avec 63 % de protéines dans sa matière sèche, la spiruline est l'un des aliments les plus protéiques du monde. Produite par des industriels (Earthrise farm aux États-Unis), elle se développe dans un milieu aqueux enrichi en CO2, en nitrate de potassium, en sulfate de magnésium... Longtemps utilisée comme complément alimentaire, cette micro-algue entre dans les cuisines françaises. C'est par exemple un ingrédient des omelettes du chef Marc Foucher.
 

Du pain hyperprotéiné

Lancé en septembre 2013, G nutrition est un pain brioché hyperprotéiné, qui lutte contre la dénutrition des seniors. Le laboratoire Cérélab a choisi les variétés de blés les plus complètes[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0962

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 d'Industries & Technologies

Nous vous recommandons

Les futurs trains à hydrogène français d'Alstom décortiqués

Les futurs trains à hydrogène français d'Alstom décortiqués

Alors que des trains iLint d'Alstom circulent grâce à de l’hydrogène sur les chemins de fer allemands depuis septembre[…]

Une cathode nano structurée améliore la performance des batteries sodium-soufre

Fil d'Intelligence Technologique

Une cathode nano structurée améliore la performance des batteries sodium-soufre

Vers 6, 10 et 20% d'hydrogène dans le gaz : les opérateurs gaziers donnent le tempo

Vers 6, 10 et 20% d'hydrogène dans le gaz : les opérateurs gaziers donnent le tempo

Selon l’AIE, le captage de CO2 est indispensable pour décarboner l’industrie mais reste trop cher

Selon l’AIE, le captage de CO2 est indispensable pour décarboner l’industrie mais reste trop cher

Plus d'articles