Nous suivre Industrie Techno

DelfMEMS veut faire entrer les MEMS dans vos portables

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

, ,
En remplaçant le cœur des micro-commutateurs par un MEMS, la société lilloise réduit leur consommation, leur encombrement et leur prix. Une approche qui devrait rapidement trouver des débouchés dans les applications nomades comme les téléphones GSM.

DelfMEMS en bref :
Date de création : fin 2005
Fondateur : Olivier Millet (President & CEO, fondateur)
Lieu : Villeneuve d’Ascq (59)
Site : http://www.delfmems.com
Renseignements : 33 - 09 75 46 39 16

DelfMEMS est une spin-off du CNRS créée à Lille fin 2005 par Olivier Millet, alors jeune ingénieur tout juste sorti de l’Isen, où il venait d’obtenir un doctorat en génie électrique dont le sujet de thèse était la fiabilité des MEMS.

Cette société se consacre à la recherche, au développement, à la production et à la commercialisation de MEMS (Micro Electro-Mechanical Systems) utilisables dans des micro-relais ou interrupteurs pour des applications de communication radiofréquences.

Il a fallut deux années de recherches fondamentales et une nouvelle année pour industrialiser la technologie en collaboration avec l’Institut d'électronique, de microélectronique et de nanotechnologies de Lille (IEMN). Des recherches qui ont été financées par un prix de 425 k€ obtenu au Concours du Ministère de la recherche et deux financement cumulant 800 k€ de la part de fonds d’investissement régionaux.

DelfMEMS est une société ‘‘fabless’’ (sans usine de production), mais elle a accès aux moyens des laboratoires de l’IEMM-CNRS, dont 1 500 m ² de salles blanches, pour la mise au point de ses prototypes et process associés. Ses relations avec les principaux fondeurs lui permettent de proposer sa technologie sous différentes formes : licence de propriété intellectuelle (IP) ; produits spécifiques ; produits standard.

La technologie DimSys consiste à remplacer les structures de poutres et micro-ponts d'un commutateur par une membrane mécanique sans ancrage actionnée en flexion. Les composants ainsi réalisés sont moins gourmands en énergie et surtout cinq fois plus petits que les commutateurs existants, d'où l'intérêt pour les applications nomade. De plus, ils sont aussi deux fois moins chers. L’entreprise vise, dans un premier temps, les marchés du test électronique et du militaire et spatial, et dans un second temps, le marché de la téléphonie mobile.

Une innovation qui n’a pas échappé à IT @ngels, une association regroupant des ‘‘Business Angels’’ spécialisés dans le domaine des télécommunications, de l'informatique et de l'Internet. Celle-ci lui a en effet attribué son ‘‘prix coup de cœur IT @ngels’’ lors de la 6e Rencontre Entrepreneurs-Investisseurs, qui se tenait fin mars à Telecom ParisTech.

Jean-François Prevéraud
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Transformateur pour smart grids, reconnaissance gestuelle, polymère de résistance au feu... les innovations qui (re)donnent le sourire

Transformateur pour smart grids, reconnaissance gestuelle, polymère de résistance au feu... les innovations qui (re)donnent le sourire

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider[…]

 Un transformateur plus compact pour les smart grids

 Un transformateur plus compact pour les smart grids

Un graphène "pâte à modeler" pour étendre les usages

Un graphène "pâte à modeler" pour étendre les usages

Une sonde thermique pour imprimer des électrodes nanométriques

Une sonde thermique pour imprimer des électrodes nanométriques

Plus d'articles