Nous suivre Industrie Techno

Deinove mise sur le potentiel des bactéries

Muriel de Véricourt
Deinove mise sur le potentiel des bactéries

© M.J. Daly U.S.U.H.S.

La start-up planche sur la production du bioéthanol de demain. En misant sur des outsiders: les bactéries du genre Deinococcus.
Deinove en bref
Date de création : 2006
Créateur : Truffle Capital, qui a capitalisé la start-up à hauteur de 3,4 millions d’euros.
Nombre d’employés : dix, dont sept chercheurs
Implantation : Paris
Directeur général : Jacques Biton
Téléphone : + 33 (0)1 42 03 27 90
Mettre à profit la capacité des bactéries du genre Deinococcus de digestion de la biomasse et de fermentation pour produire des biocarburants de deuxième génération (utilisant la plante entière et pas seulement les graines), des intermédiaires chimiques et d’autres composés d’intérêt industriel : c’est le pari de la jeune société Deinove, qui a forgé son nom à partir de celui de la famille de microorganismes à laquelle elle fait confiance.

Une approche qui se positionne en rupture avec un procédé de production d’alcool répandu, impliquant l’intervention de la levure de bière. Fondée en 2006 par Truffle Capital (dont le directeur général, Philippe Pouletty, est président du conseil d’administration de la start-up), Deinove a d’ores et déjà rassemblé une importante base de connaissances sur la diversité génétique des bactéries du genre Deinococcus, puisqu’elle indique détenir environ 2 000 souches distinctes.

Dans le cadre du projet Deinol, dont l’objectif consiste, en partenariat avec deux laboratoires de recherche et un industriel producteur d’éthanol, à ouvrir la voie à la production d’éthanol de deuxième génération dans les installations industrielles existantes d’ici 2014, la jeune entreprise a annoncé début novembre avoir reçu une aide de 6 millions d’euros d’Oseo.

Muriel de Vericourt

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

Ce 2 novembre se tient dans un format virtuel le colloque "Interface Cerveau-Machine" organisé par l'Académie des[…]

[Portrait] Thomas Ybert imprime l'ADN à coups d'enzymes

[Portrait] Thomas Ybert imprime l'ADN à coups d'enzymes

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

Ils mettent des neurones en cages

Ils mettent des neurones en cages

Plus d'articles