Nous suivre Industrie Techno

Déchets radioactifs : les défis du recyclage

Déchets radioactifs : les défis du recyclage

© Andra

L’envoi supposé en Russie, par la France, d’uranium appauvri suscite la polémique. Industrie et Technologies vous dévoile les défis technologiques en jeu. Sait-on vraiment recycler les combustibles nucléaires ?

La France redécouvre ce qu’elle savait déjà. La gestion des déchets radioactifs reste un défi colossal. Selon le journal Libération, la France envoie de l’uranium appauvri en Russie pour retraitement. Mais 90 % de cet uranium resterait en Sibérie, à ciel ouvert, faute de pouvoir être valorisé. Dans son numéro d’octobre, Industrie et Technologies a approfondi l’épineux débat des déchets radioactifs. Nous vous dévoilons ici les freins actuels à leur recyclage.

Sous-traité en Russie

« Pour ne pas constituer de stocks considérables de déchets radioactifs, une logique de recyclage doit être mise en place le plus rapidement possible », prévient Bernard Bouillis, directeur des programmes sur le cycle du combustible au CEA. Mais le vocable ''déchets radioactifs'' recouvre une grande diversité de déchets. Les révélations de Libération portent sur de l’uranium issu du retraitement des combustibles usés. La France recycle en effet son plutonium en l’ajoutant à de l’uranium appauvri, dont EDF confie à Areva la préparation. Selon Libération, cette opération serait sous-traitée en Russie. Seul 10 % des combustibles envoyés là-bas reviendrait dans la filière nucléaire française.

Un seul recyclage

Industrie et Technologies a cherché les limites actuelles du recyclage. Notre constat : seul un tiers des 58 réacteurs français tolère du combustible ''recyclé''. Deuxième découverte : un seul recyclage est réalisé. Ensuite, le plutonium, trop dégradé, est entreposé en attendant une solution de stockage définitif (voir, à ce sujet, l’article ''Déchets nucléaires : la bombe à retardement'' dans notre numéro d'octobre).

Des réacteurs limités

D'où proviennent les limites actuelles du recyclage ? Le principal frein à la réutilisation du combustible est dû aux technologies de réacteurs à eaux pressurisées. Les neutrons (entrant dans la réaction nucléaire) n’y sont pas assez énergétiques. « Le bilan est insuffisant. Seuls 20 % des déchets réintroduits sont réellement valorisés en électricité », nous révèle Michel Spiro, directeur au CNRS de l’Institut de physique nucléaire et des particules. Pour recycler davantage de combustibles, il faudra attendre la quatrième génération de réacteurs. Ses neutrons rapides briseront plus efficacement les noyaux. La filière de l’atome promet alors un recyclage infini.

Des freins majeurs

La réalité est plus complexe. Les chercheurs travaillent depuis des décennies sur ces réacteurs de quatrième génération. Ils butent toujours sur des freins technologiques majeurs. Quels matériaux pourront résister aux neutrons hautement énergétiques ? Quels fluides caloporteurs pourront refroidir le réacteur, mais pas les neutrons ? Quel combustible utiliser ? Les réponses définitives ne sont pas attendues avant 2050. En attendant, le stockage des déchets radioactifs reste incontournable, même s’il n’est pas encore maîtrisé.

Des recherches en cours

Pour aller plus loin, lisez nos articles sur les travaux de recherche menés par l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra).
 


Thomas Blosseville

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Test réussi pour les ailes Oceanwings d’Energy Observer, qui a rejoint l’Arctique

Test réussi pour les ailes Oceanwings d’Energy Observer, qui a rejoint l’Arctique

Le premier voyage en mer du bateau autosuffisant Energy Observer depuis l’installation des ailes Oceanwings, réduisant la consommation[…]

Haliade-X : la turbine de l’éolienne la plus puissante du monde dévoilée par General Electric

Haliade-X : la turbine de l’éolienne la plus puissante du monde dévoilée par General Electric

Hydroquest annonce la mise en service de son hydrolienne marine à double axe vertical

Hydroquest annonce la mise en service de son hydrolienne marine à double axe vertical

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Plus d'articles