Nous suivre Industrie Techno

Décès de Georges Charpak, père des détecteurs de particules actuels

Antoine Cappelle

Sujets relatifs :

, ,
Décès de Georges Charpak, père des détecteurs de particules actuels

Le physicien a fait entrer les détecteurs de particules dans l'ère de l'électronique.

© Nobelprize.org

Le physicien Georges Charpak est mort mercredi. Il avait reçu en 1992 le prix Nobel de physique pour « l'invention et le développement de détecteurs de particules, en particulier la chambre proportionnelle multifils ». Une technologie à la base des détecteurs utilisés aujourd'hui.

Né en 1924 en Pologne, Georges Charpak arrive en France avec sa famille à l’âge de 7 ans. Résistant pendant la guerre, il est arrêté en 1943 puis interné à Dachau pendant un an. En 1946, il devient citoyen français. Il est alors étudiant à l’Ecole des Mines de Paris, dont il est diplômé en 1948. Il entre la même année au CNRS, et travaille au sein du Laboratoire de physique nucléaire du Collège de France, dirigé par Frédéric Joliot-Curie. Il y obtient un doctorat en 1954.

En 1959, il rejoint le CERN, à Genève. Il participe en 1960 à la première mesure exacte du moment magnétique du muon. Au cours des années 60, il développe différents types de  détecteurs de particules. Et plus particulièrement, en 1968, la chambre proportionnelle multifils. Ce détecteur transforme radicalement la pratique de la physique des particules. Jusqu’alors, la détection consistait à examiner à l’œil des millions de photos, prises dans des chambres à bulles ou à étincelles, pour y repérer la manifestation de transformations physiques.

L’électronique donne des idées à Georges Charpak : dans un boitier rempli de gaz, un fil de détection relié à un amplificateur peut déceler plus finement les phénomènes physiques qu’une caméra. C’est sur ce principe que se base l’invention qui vaudra au physicien son prix Nobel en 1992. La chambre proportionnelle contient un grand nombre de fils parallèles. Ce dispositif, relié à un ordinateur, permet un taux de comptage mille fois supérieur aux autres techniques existantes. La physique des particules entre ainsi dans l’ère électronique.

Pendant la suite de sa carrière, Georges Charpak a continué ses travaux sur les détecteurs, participant notamment à des expériences au Fermilab, et au développement d’instruments d’imagerie pour la recherche en biologie. Le principe de la chambre proportionnelle multifils est à la base de la plupart des détecteurs utilisés aujourd’hui en physique des particules.

Georges Charpak est mort ce 29 septembre, à Paris. Il avait 86 ans.

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

Le 3 juillet dernier, François Jamet remettait à la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche[…]

08/07/2019 | RechercheStart-up
Académiques et industriels lancent à Grenoble l’institut 3IA dédié à l’intelligence artificielle

Académiques et industriels lancent à Grenoble l’institut 3IA dédié à l’intelligence artificielle

L’IA française se dope au  calcul intensif

L’IA française se dope au calcul intensif

Sensibilité record pour la pesée de molécules avec de la lumière

Sensibilité record pour la pesée de molécules avec de la lumière

Plus d'articles