Nous suivre Industrie Techno

La fabrique de l'innovation

De quoi l'innovation est-elle le nom ?

Thibaut De Jaegher
3 commentaires

3 commentaires

- 19/06/2014 07h:08

J'ai d'abord cru à une coquille dans le titre : "un concept vieux de 700 ans". C'était 2700 ans qu'il fallait lire. J'ai lu. C'était une erreur. C'est 2400 ans qu'il faut lire, le concept date de Xenophon, 400 ans av. J.-C. C'était un concept politique et « une » innovation, chez les athéniens, avaient ce sens qu'elle a gardé jusqu'au XVIe siècle en France et en Angleterre : celui de doctrine séditieuse. Pour le mot, les grecs en avaient un : "kainotomia" et les latins nous ont donné un autre : "innovation". L'innovation est un curieux concept. On ne peut en parler sans qu'il soit fait constamment référence à son étymologie. S'interroge-t-on constamment sur l'étymologie de "industrie" ou de "technologie" ? Ou de celle de "travail" ou de "service" lorsqu'on parle d'un de ces deux concepts ? Mais ce qui est encore plus curieux, c'est que le mot "innovation" est, avec "travail", "service", "coach", "sérendipité", etc. un des mots de la langue française dont l'étymologie ne nous apprend rien sur le sens actuel. Dans son acceptation actuelle, le mot "innovation" vient de l'américain « innovation », mot sorti en 1939 par Schumpeter, dans son Business Cycle, de la désuétude dans laquelle il était tombé et repris en 1954 — il y a 60 ans — par Peter Drucker dans son Practice of Management. Le livre est traduit en 1957 : La pratique de la direction des entreprises, avec, p. 40, la première occurrence du mot innovation en français dans son nouveau sens. Valeur ? État d'esprit ? Ni l'une, ni l'autre. L'innovation est — à côté du marketing — une des deux fonctions clés de l'entreprise, une fonction. Définition : "La création (provision) de biens et de services meilleurs et meilleur marché". Voila de quoi, à l'origine, l'innovation est le nom. Quant à savoir si Uber, le Fire Phone, le Piaggio MP3, la Vespa 946, les chevilles Fisher, le TomTom Go, etc. sont — ou ont été en leur temps — de vraies innovations, des nouveautés innovantes ou des nouveautés tout court, cela suppose de savoir de quoi UNE innovation est le nom. C'est une autre histoire.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

- 20/06/2014 12h:20

J'ai bien aimé la définition qui dit que l'innovateur, l'inventeur est un déviant . C'est un déviant car il ne pense pas comme on lui a apprit, il n'aime pas les chemins tout tracé .C'est un rebelle, donc un danger pour la société ! Parce qu'il bouscule les habitudes qui faisaient que la vie pouvait continuer tranquillement pour ceux qui vivaient de ce qu'il change ou bouscule. En apportant ça trouvaille il force ceux là à se remettre en cause, ce qui est difficile lorsqu'on à des habitudes de longue date ou investi dans un secteur qui s'en trouve, du jour au lendemain fortement impacté. De mon expérience des hommes, je peux dire qu'il sont rares ceux qui aiment changer

Répondre au commentaire | Signaler un abus

- 20/06/2014 12h:33

L'innovation est effectivement dans toutes les bouches. On s'en sert pour rendre un discours, une produit, un service... attractif. De façon globale, nous avons pour habitude de définir l'innovation ainsi : c'est ce qui est nouveau, bénéfique et largement adopté.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

De quoi l'innovation est-elle le nom ?

Petit essai de défintiion d'un concept vieux de 700 ans : l'innovation. Des pistes plus qu'une explication définitive.

« L'innovation ! L'innovation ! L'innovation ! Il ne suffit pas de sauter comme un cabri sur sa chaise pour que ce concept prenne vie ! » Si Charles De Gaulle était encore de ce monde, nul doute qu'il nous servirait cette saillie (faite à l'origine sur l'Europe) pour fustiger les ''parleurs' de l'innovation. Pas une chronique (à commencer par celle-ci), pas une présentation d'entreprise qui ne fait l'impasse sur cette notion. Elle est même devenue une authentique "tarte à la crème". La moindre nouveauté est qualifiée d'innovante. La moindre évolution produit également. C'est un peu comme si la simple mention de ce mot suffisait à parer l'objet ou le service concerné de vertus magiques.
 
Le croire serait évidemment une vue de l'esprit. Mais cette place qu'occupe l'innovation au sein de notre société pose question. A mesure qu'elle s'impose comme un mantra incontournable, elle se vide finalement de sa substance. La notion s'est galvaudée car elle est devenue l'un des piliers de la "novlangue" économique que manient entreprises, politiques et médias.
 
Mais alors de quoi l'innovation est-elle le nom ? Est-ce une valeur ? Un état d'esprit ? Est-ce forcément une rupture technologique ? Est-ce une invention ou un changement d'usage ? Est-ce une discipline ou un mouvement spontané ?
A lire les portraits que tirent chaque week-end de grands patrons et dirigeants de l'industrie dans notre rubrique «L'innovation dans la peau», toutes ces dimensions font innovation. Mouvement, croissance, créativité, imagination, observation, démarche artistique, progrès, prospérité, différence, diversité, compétitivité, pragmatisme, produit, amélioration industrielle, adaptation, expérience… voilà les mots que nos invités associent spontanément à l’innovation.
 
De cet inventaire à la Prévert, quatre idées jaillissent pour définir ce concept.
  1. L'innovation est un élan (elle met en mouvement, change la donne).
  2. L'innovation est toujours palpable (elle se mesure, se voit, se sent), elle est concrète.
  3. L'innovation est une performance (au sens artistique).
  4. L'innovation est toujours un progrès : social, environnemental, technologique, d'usage...

Nous sommes loin du sens premier de ce mot apparu au XIIIe siècle ! Issu du latin innovare qui signifie « revenir à », « renouveller », l'innovation désignait à l'époque le fait de passer la charge d'une dette à un nouveau débiteur. C'était donc un terme juridique qui n'avait rien à voir avec l'invention ou l'idée de progrès. Au XVIe siècle, on retrouve ce terme sous un sens un peu différent. On découvre par exemple via les travaux de Benoit Godin, qui a écrit une Histoire intellectuelle de l'innovation, qu'en 1548, le roi Edouard VI d’Angleterre interdit l'innovation, « définie comme l'introduction d'un changement dans l'ordre établi. Rapidement, le concept en vient à être associé à la violence, aux révolutions, et cette connotation négative durera jusqu'au XIXe siècle. L'innovateur est un déviant, y compris dans les domaines scientifique, industriel, technologique et social ». Une définition qui fait étrangement écho à l'actualité avec la guerre que se livre par exemple les taxis et les VTC. Le "déviant" d'aujourd'hui, c'est la start-up car elle menace l'ordre établi. Je vous laisse deviner qui joue le rôle d'Edouard VI...

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Crew Dragon, satellites OneWeb, robot fourmi… les meilleures innovations de la semaine

Crew Dragon, satellites OneWeb, robot fourmi… les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

Transfo AC-DC, l’IRT de Toulouse à Montréal, ballon dirigeable… les meilleures innovations de la semaine

Transfo AC-DC, l’IRT de Toulouse à Montréal, ballon dirigeable… les meilleures innovations de la semaine

Transformateur pour smart grids, reconnaissance gestuelle, polymère de résistance au feu... les innovations qui (re)donnent le sourire

Transformateur pour smart grids, reconnaissance gestuelle, polymère de résistance au feu... les innovations qui (re)donnent le sourire

Ballon dirigeable, lasers spatiaux, hélice imprimée en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Ballon dirigeable, lasers spatiaux, hélice imprimée en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles