Nous suivre Industrie Techno

De la techno dans les valises : les nanoparticules dopent les crèmes solaires

Philippe Passebon
1 commentaire

1 commentaire

- 24/08/2014 14h:32

Les nanotechnologies ajoutent encore de l'usage dispersif au moment où il deviendrait important de recycler les métaux.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

De la techno dans les valises : les nanoparticules dopent les crèmes solaires

Les nanoparticules renforcent l'efficacité des crêmes solaires

Des technologies de pointe sont parfois nichées dans des produits incontournables du vacancier. Cette semaine, la série d'été d'Industrie & Technologies décrypte pour vous quelques innovations qui font parler d'elles. Bien sûr, impossible de passer à côté des crèmes solaires pour bien profiter du soleil. Dopées aux nanoparticules, elles font pourtant toujours polémique !

Comme bien d’autres produits cosmétiques, les crèmes solaires sont un sujet de polémique quant à leur danger potentiel pour les utilisateurs. La législation progresse avec l'obligation depuis début 2014 d'indiquer sur les étiquettes si les crèmes contiennent des nanoparticules. Mais pourquoi celles-ci sont-elles utilisées dans les crèmes solaires ?

Les nano permettent à l’usager de s'afficher bronzé même après s’être étalé de la crème, celle-ci est en effet rendue translucide grâce à l’intégration de nanoparticules de dioxyde de titane (TiO2). Des études montrent même que plus les nanoparticules sont petites, plus la crème est transparente.

L’utilisation de nanoparticules permettent aussi d’améliorer la protection au rayonnement ultraviolet, selon les entreprises de cosmétique, et favorisent l’adhérence sur la peau. Des nanoparticules d’oxyde de zinc (ZnO) sont également présentes dans les crèmes pour lutter contre le rayonnement UV. Selon la Fédération des entreprises de la beauté, cela fait déjà 20 ans que des nanoparticules seraient utilisées dans des produits de protection solaire.

Depuis quelques années, l’utilisation massive de nanoparticules dans les produits du quotidien fait polémique. En raison de leur taille nanoscopique, celles-ci ne pourraient-elles pas pénétrer dans les tissus du corps et représenter ainsi un danger pour la santé ? Concernant leur utilisation dans les crèmes solaires, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) s’est emparé de la question et a publié deux rapports mi-juin 2011. Elle a analysé les données scientifiques relatives à la pénétration cutanée, la génotoxicité et la cancérogénèse des nanoparticules de TiO2 et de ZnO.

Les études scientifiques ne montrent pas de pénétration cutanée du TiO2 pour les peaux saines mais ne permettent pas de tirer de conclusion pour les peaux lésées, par exemples par des coups de soleil. Les études de génotoxicité et de cancérogénèse  issues de la littérature scientifique donnent également des résultats contradictoires. In fine, l’Afssaps, en l’absence de conclusion claire, déconseille d’utiliser sur le visage ou dans des locaux fermés les cosmétiques contenant des nanoparticules et se présentant sous forme de spray.   

A compter de 2014, les crèmes solaires contenant des nanoparticules doivent signaler la liste de leurs ingrédients. Reste que les produits solaires n’utilisent pas tous des filtres minéraux (le dioxyde de titane) mais des filtres organiques. Ceux-ci présentent toutefois une protection limitée (30 max), se dégradent à la lumière et peuvent être des perturbateurs endocriniens. Entre différents maux (suspectés) il vous faudra choisir !

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Impression 3D, nanotubes de carbone, AirCyber… les meilleures innovations de la semaine

Impression 3D, nanotubes de carbone, AirCyber… les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

Repousser les limites de la loi de Moore grâce aux nanotubes de carbone

Repousser les limites de la loi de Moore grâce aux nanotubes de carbone

Des cellules solaires plus efficaces grâce aux nanomatériaux

Des cellules solaires plus efficaces grâce aux nanomatériaux

Une sonde thermique pour imprimer des électrodes nanométriques

Une sonde thermique pour imprimer des électrodes nanométriques

Plus d'articles