Nous suivre Industrie Techno

De la graine européenne de prix Nobel

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

,
25 chercheurs européens, dont un français, sont les lauréats du premier prix Euryi (European young investigators) remis par l'European Science Foundation. Une sorte de prix Nobel avant la lettre, qui a aussi pour motivation de 'fixer' les

Le premier prix Euryi peut déjà se comparer au prestigieux Nobel en ce qui concerne le montant de la récompense remis aux lauréats : chacun reçoit 250 k€ par an, pour cinq ans maximum soit 1,25 M€ ! Cette somme permettra au chercheur de continuer ses travaux, de mettre sur pied l’équipe qu’il souhaite et de recruter lui-même les gens qu’il préfère.

Sur les 25 primés, un seul de nationalité française travaillant à l’Inserm, mais trois autres chercheurs - un italien, un allemand et un roumain ont été présentés par des laboratoires du CNRS, ce qui est une preuve du niveau de recherche de ceux-ci.

Ce prix pourrait marquer un tournant pour la recherche européenne. C’est la première fois que 15 pays européens au travers de l’ESF European Science Foundation et d’Eurohorcs European Heads of Research Councils mettent en commun des ressources pour inciter des chercheurs à rester en Europe pour poursuivre leurs travaux.

Les candidats ont été proposés par les 18 grands organismes de recherche de ces pays (en France CNRS et Inserm notamment) soit au premier tour 777 dossiers dont 133 ont été retenus pour finalement retenir 25 lauréats. L’esprit est vraiment européen puisqu’un pays pouvait présenter un chercheur d’un autre pays, l’important étant bien la qualité des travaux. Tous les secteurs sont représentés : sciences naturelles, biomédecine, ingénierie et calcul, sciences de la vie, sciences sociales.

Les quatre lauréats “français“  sont les suivants :

Etienne Koechlin chercheur français du CNRS, travaille à l’unité Inserm U 483 dans l’équipe Imagerie multimodale de la plasticité cérébrale à l’institut fédératif de la Salpétrière. Ses travaux portent sur le rôle du cortex préfrontal dans la cognition humaine. Il est responsable du laboratoire de neurosciences cognitives au sein du Département d’études cognitives de l’ENS.

Jakob Reichel 39 ans est allemand. Il a passé son doctorat en physique quantique sous la direction de Claude Cohen Tannoudji (prix Nobel 1997), et utilisera son prix pour poursuivre ses travaux au laboratoire Kastler Brossel à Paris. Entre temps à l’université de Munich il a initié une nouvelle thématique en physique : les micro-circuits à atomes (atom chip), un mariage entre la microélectronique et la physique atomique.

Pour la première fois il a réalisé et manipulé sur un microcircuit un condensat de Bose-Einstein. Ces condensats sont des atomes ultrafroids qui présentent collectivement des propriétés quantiques. Ce qui est remarquable c’est qu’il a développé une méthode originale et rapide pour faire de tels condensats en taille micrométrique (1 µm et un demi million d’atomes), ceci sur un microcircuit sur lequel il a pu les manipuler, les diriger.

C’est de la physique fondamentale qui va trouver très vite des applications pour la réalisation d’horloges atomiques miniatures, de gyroscopes atomiques très sensibles etc. A plus long terme c’est une voie vers des calculateurs quantiques où l’on ne manipulerait plus des électrons dans un microcircuit comme aujourd’hui mais des atomes.

La venue de J Reichel dans ce laboratoire et les collaborations envisagées avec celui d’Alain Aspect à Orsay qui travaille aussi sur les micro-circuits à atomes va créer un point d’ancrage européen fort sur ce thème.

Raffaele Colombelli, 33 ans ,est chargé de recherche au CNRS à l’institut d’électronique fondamentale d’Orsay. Il a obtenu son PhD à Pise, a été post-doc chez Lucent aux Etats-Unis et a déjà déposé plusieurs brevets internationaux. Il est à l’origine d’une nouvelle classe de lasers à cascade quantique à cristaux photoniques.

 Là encore c’est le mariage de deux concepts. Dans la cascade quantique l’émission laser est obtenue par le changement de niveaux d’énergies d’électrons confinés dans un puits quantique ; comme le puits possède différents niveaux d’énergie, l’émission est possible sur plusieurs longueurs d’onde par un seul dispositif, mais avec une restriction de taille, l’émission ne peut pas avoir lieu verticalement à partir de la surface du semiconducteur.

 Les cristaux photoniques sont des dispositifs physiques construits par microlithographie dont la propriété principale est de ne laisser passer que certaines longueurs d’onde. Toute l’astuce a été de créer un tel cristal photonique dans la zone active du laser à cascade quantique, ce qui détermine (en appliquant un courant) l’effet laser et d’autre part diffracte la lumière qui est émise alors perpendiculairement à la surface.

Les applications envisagées touchent l’optoélectronique, l’analyse spectroscopique et sont au cœur de la nanotechnologie.

Mihail-Dumitru Barboiu, 35 ans, d’origine roumaine est en France depuis 2000 où il est venu à l’Institut de Sciences et d’Ingénierie Supramoléculaire ISIS créé par JM Lehn (prix Nobel) à Strasbourg. Il a rejoint ensuite l’Institut Européen des Membranes de Montpellier IEM.

Spécialiste en chimie organique, en chimie supramoléculaire (ISIS) et chimie des matériaux il combine les trois dans son projet dénommé Supracombimat. L’idée est d’utiliser les ressources de la chimie combinatoire supramoléculaire (qui s’intéresse plus aux informations contenues dans les molécules –formes, sites actifs sur un plan électrique, magnétique, hydrophobie etc- qu’à leur formule chimique) pour synthétiser des matériaux à propriétés particulières recherchés par l’électronique, la biochimie etc. Il s’agit de développer ce concept fondamental, d’en dégager les principes et de l’utiliser dans des applications bien ciblées.

Christian Guyard

Pour en savoir plus
- Informations sur le prix sur le site de l’ESF www.esf.org
- Contacts :
   - Jakob Reichel : Jakob.Reichel@physik.uni-muenchen.de
   - Etienne Koechlin : koechlin@ccr.jussieu.fr
   - Raffaele Colombelli : colombel@ief.u-psud.fr
   - Mihail-Dumitru Barboiu : mihai.barboiu@iemm.univ-montp2.fr

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles