Nous suivre Industrie Techno

De l’électricité produite à partir … de l’eau

Ridha Loukil
De l’électricité produite à partir … de l’eau

Des démonstrateurs de 120 et 300 W.

Genepax développe une technologie de pile à combustible, qui utilise l'eau comme carburant et qui n'émet pas de CO2. Le coeur du système tient dans une membrane capable d'extraire simplement l'hydrogène de l'eau.

    

La technologie de pile à combustible Water Energy System (WES) en développement chez le japonais Genepax, près d’Osaka, est pour le moins étonnante. Ni hydrogène, ni méthanol, ni aucun combustible difficile à produire. Elle utilise comme carburant un produit tout à fait banal : de l’eau !

Le mécanisme de base de production d'énergie du système WES est pourtant similaire à celui d'une pile à combustible qui utilise l'hydrogène comme carburant. Selon Genepax, le secret réside dans les électrodes à membrane de la société (MEA), qui contiennent un matériau capable de décomposer l'eau en hydrogène et oxygène. 

La société japonaise ne révèle pas les détails. Pour produire de l’hydrogène à partir de l’eau, elle adopte un processus similaire à celui qui s’appuie sur la réaction entre un hydrure de métal et l'eau. Mais son procédé devrait permettre de produire de l'hydrogène à partir de l'eau pendant plus longtemps.

Pas d'émission de CO2

La technologie WES a besoin seulement de l'eau et l'air, éliminant la nécessité d'un réformateur de l'hydrogène et d’un réservoir d'hydrogène à haute pression. Pas de catalyseurs spéciaux. La quantité requise de métaux rares tels que le platine est presque la même que celle dans les systèmes existants. Contrairement à la pile à combustible au méthanol direct (DMFC), qui utilise du méthanol comme combustible, le nouveau système n'émet pas de CO2. En outre, il offrirait une durée vie plus longue.

Genepax a déjà fait la démonstration de sa technologie sur des piles à combustible de 120 et 300 W. La densité de puissance atteint 30 mW/cm2.

Pour l'avenir, la société projette de fournir des systèmes de 1 kW pour les véhicules électriques et les maisons. Le système serait employé comme générateur pour recharger la batterie secondaire.

Le coût de production est actuellement d'environ ¥ 2 000 000 (US $ 18 522). Il peut être réduit à ¥ 500 000 et moins si Genepax parvient à passer à la production de masse.

Ridha Loukil

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avion à hydrogène : Airbus, Air Liquide et groupe ADP s’associent pour imaginer les aéroports de demain

Avion à hydrogène : Airbus, Air Liquide et groupe ADP s’associent pour imaginer les aéroports de demain

Lundi 21 juin, Air Liquide, Airbus et Aéroports de Paris ont annoncé le lancement d’études d’ingénierie, par[…]

« Une volonté politique forte est nécessaire pour atteindre nos objectifs de décarbonation », déclare Anne Bondiou-Clergerie (Gifas, Corac)

Dossiers

« Une volonté politique forte est nécessaire pour atteindre nos objectifs de décarbonation », déclare Anne Bondiou-Clergerie (Gifas, Corac)

« Les leviers technologiques traditionnels ne suffisent plus à compenser la croissance du trafic aérien », prévient Philippe Beaumier (Onera)

Dossiers

« Les leviers technologiques traditionnels ne suffisent plus à compenser la croissance du trafic aérien », prévient Philippe Beaumier (Onera)

Des procédés thermiques à électrifier

Des procédés thermiques à électrifier

Plus d'articles