Nous suivre Industrie Techno

DDASCA : un consortium pour les applications critiques

Jean-François Preveraud
DDASCA : un consortium pour les applications critiques

L'un des standards qui sera à la base des travaux du consortium.

© DR

Afin d’arriver plus vite à des solutions ouvertes et standardisées pour développer des applications critiques à haut niveau de sûreté de fonctionnement, un certain nombre d’industriels et d’académiques se sont regroupés pour définir une stratégie et des objectifs communs.

La sûreté de fonctionnement des équipements critiques est une préoccupation permanente et croissante partagée par les concepteurs, les fabricants comme les exploitants de nombreux secteurs industriels. Et bien des progrès techniques restent encore à faire !

C’est pourquoi plusieurs industriels (Arion Entreprise ; B&R Automation ; HPC Project…) et une école d’ingénieurs (ENSTA ParisTech), viennent de lancer le consortium DDASCA (Dependable Distributed Architecture for Safety Critical Applications). Ses objectifs sont de standardiser, de définir et de réaliser des solutions ouvertes, distribuées, destinées aux applications critiques à haut niveau de sûreté de fonctionnement.

Le consortium a pour mission, dans un premier temps, de fédérer des fournisseurs, constructeurs, intégrateurs, utilisateurs et académiques impliqués dans les applications à haut niveau de sûreté de fonctionnement. Les domaines applicatifs concernés sont au premier chef l’automatisme industriel, l’aéronautique et le spatial, l’automobile, l’énergie mais aussi le transport ferroviaire, le médical, la défense...

Une approche modulaire et ouverte

Pour atteindre ses objectifs, le consortium DDASCA mettra en avant une approche modulaire évolutive basée sur l’utilisation de solutions ouvertes et standardisées dans le respect des référentiels normatifs et réglementaires, afin d’obtenir des produits COTS (Components Off The Shelf – composants sur étagère), véritables briques élémentaires certifiables, interopérables et à comportement temporel démontrable.

La 1ère réunion de lancement du consortium DDASCA, qui s’est tenue le 23 mars dernier à Paris, a permis d’évoquer un certain nombre de technologies candidates aptes à satisfaire l’ensemble des critères mis en avant par le consortium. Il est possible de citer : le standard openSAFETY promu par l’EPSG ; la technologie de virtualisation des systèmes temps réel développée par Arion Entreprise ; les outils de distribution d’application comme Par4all proposés par HPC Project ; l’hyperviseur certifiable de Wind River ; les cœurs RISC comme le NIOS2 SC d’Altera

La prochaine action du consortium DDASCA sera le lancement d’un projet BGLE (Briques Génériques du Logiciel Embarqué) dans le cadre des Investissements d’Avenir du Fonds National pour la Société Numérique.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.ddasca.org/
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles