Nous suivre Industrie Techno

Dassault Systèmes se lance dans le calcul avec l'acquisition d'Abaqus

Industrie et Technologies
Avec l'acquisition du spécialiste du non-linéaire, le français a l'ambition de créer une nouvelle dynamique sur ce marché et... d'en devenir le leader.

' L'acquisition d'Abaqus est le premier pas de Dassault Systèmes pour proposer au marché une nouvelle approche beaucoup plus démocratique de la simulation réaliste en 3D. Il s'agit de fournir, autour d'une plate-forme ouverte facilitant l'intégration des multiples logiciels nécessaires, des outils et des méthodologies afin de mettre la simulation à la portée du public le plus large possible en facilitant grandement son usage ', justifiait Bernard Charlès, directeur général de Dassault Systèmes mardi matin lors de l'annonce de cette opération.

Un constat tout d'abord. Le marché de la simulation est morcelé entre beaucoup d'acteurs dont très peu ont une offre généraliste. Il faut dire que les phénomènes à simuler sont d'une telle diversité qu'il est impensable de vouloir les traiter avec les mêmes codes. D'où la prolifération de multiples outils de niches, voire de codes propres aux utilisateurs.

Malgré cela, la simulation est l'un des segments en plus forte progression du secteur du PLM, car elle a prouvé sa capacité à réduire les cycles de développement en anticipant les problèmes. D'ailleurs, le cabinet d'analyse américain Daratech estime le marché du logiciel et des services associés à 2,1 milliards de dollars en 2004, pour le seul segment de la simulation mécanique, et prévoit une croissance moyenne de 12 % pour les cinq années à venir.

Dassault Systèmes l'a compris de longue date car près de la moitié des applications tierces développées sous son architecture CAA V5 concerne la simulation. Mais aujourd'hui la firme de Suresnes entend s'engager plus.

' Nous avons fait l'acquisition d'Abaqus, non pas pour prendre des parts sur un marché atomisé et concurrencer nos partenaires actuels, mais pour créer une dynamique nouvelle en jouant le rôle de consolidateur autour d'une véritable plate-forme technologique orientée simulation. Notre choix s'est porté sur Abaqus car nous considérons que c'est un portefeuille applicatifs performant, notamment dans le domaine en forte croissance du non-linéaire, mais aussi la plate-forme technologique la plus avancée du marché et la plus en phase avec notre approche V5 ', estime Bernard Charlès.

Une stratégie à trois niveaux

De fait, Dassault Systèmes entend proposer rapidement au marché une plate-forme scientifique ouverte baptisée Simulia, destinée à servir de support d'intégration à toutes les applications de simulation industrielles, liées à la conception et la fabrication. Notons que Dassault Systèmes envisage d'étendre l'utilisation de Simulia au-delà des seules industries manufacturières où elle est traditionnellement présente.

L'offre future de Dassault Systèmes dans le domaine de la simulation s'articulera autour de trois niveaux.

  • La gamme actuelle des applications CAA V5 continuera à se développer et à s'intégrer avec les différentes applications de Dassault Systèmes dans le cadre d'une approche PLM.   
  • Une offre dite Business Process, basée sur Simulia, va voir le jour. Il s'agira d'applicatifs autonomes intégrant des outils et des méthodologies de simulation éprouvées. Par exemple, on pourrait voir apparaître un package de simulation de la chute d'un téléphone portable, intégrant un outil de crash-test avec d'autres outils de simulation et les best practices du domaine, ainsi que tous les outils nécessaires à la gestion des calculs et des résultats. Il est même envisagé d'y intégrer l'intelligence nécessaire pour guider l'utilisateur non-expert vers des résultats cohérents.   
  • Le troisième niveau, lui aussi basé sur Simulia, sera beaucoup plus orienté vers les spécialistes de la simulation, en leur permettant de tirer partie des dernières avancées en terme d'algorithmies et d'architectures matérielles.

L'acquisition d'Abaqus devrait être faite pour un montant de 413 M$, alors que le dernier chiffre d'affaires connu a été de l'ordre de 100 M$ récurent pour 82 %, que la société est profitable avec une marge comprise entre 20 et 30 % et dispose d'un trésor de guerre de 30 M$ en cash. Cette acquisition permet à Dassault Systèmes de passer de la sixième à la troisième place sur le marché de la simulation mécanique derrière MSC.Software, au coude à coude avec Ansys.

Une approche novatrice

Au-delà de l'acquisition d'Abaqus, l'annonce de la plate-forme scientifique ouverte Simulia a le mérite d'apporter une approche novatrice sur un segment de marché jusque là très conformiste, avec des acteurs établis de longue date.

Reste maintenant à savoir quelle sera la réaction des acteurs partenaires de Dassault Systèmes autour de CAA V5 dans le domaine de la simulation. Il va en effet falloir gérer avec doigté l'annonce de la stratégie à trois niveaux autour de Simulia et leur montrer que Dassault Systèmes ne veut pas leur faire de la concurrence, mais peut au contraire les aider à développer leurs propres affaires en démocratisant l'usage de la simulation. Un challenge intéressant.

Jean-François Prevéraud

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles