Nous suivre Industrie Techno

Dassault Systèmes met en avant le design et l'éco-conception

Industrie et  Technologies
L'ECF a été l'occasion de partager la vision de Dassault Systèmes et de ses partenaires sur les évolutions futures du PLM et de discuter avec ses dirigeants de sujets d'actualité comme le contrat EADS.


Point de repère incontournable de la saison 2008-2009 du PLM, l'ECF 2008 (European Catia Forum), grand messe des utilisateurs de solutions Dassault Systèmes, se tenait hier et aujourd'hui à Disneyland Paris.

Une édition qui était placée sous le signe du changement sur fond de crise, avec une forte teinture design et éco-conception. Le ton a été donné d'entrée de jeu par Martin Simpson, directeur associé du cabinet d'architecture Arup Sport qui, en collaboration avec les cabinets néerlandais Herzog & de Meuron Architekten et chinois China Architectural Design & Research Group, a assuré la conception du stade olympique de Pékin, le fameux nid d'oiseau.

« Les stades sont les cathédrales du nouveau millénaire. Ils font progresser la conception architecturale de la même manière que la F1 fait avancer le monde de l'automobile. Outre l'intégration de l'aspect médiatique des événements qui s'y déroulent, leur conception doit aussi prendre en compte les aspects développement durable en réduisant notamment les déchets et nuisances lors de la construction. D'où la nécessité de concevoir bon du premier coup, d'autant plus que chez nous il n'y a pas de prototype. Cela n'est possible que grâce à la mise en place d'une infrastructure de conception faisant appel au BIM (Building Information Modeling - Modélisation des données du bâtiment), ce que vous appelez le PLM dans le monde industriel ».

V6 en Live !

Jacques Leveillé Nizerolle, CEO de la marque Catia, a ensuite orchestré une démonstration de la plate-forme V6, qui est à la base de ce que Dassault Systèmes baptise le PLM 2.0. Démonstration un peu futuriste en 6 étapes où le client, vous et moi, souhaite compléter le système de navigation de sa future voiture avec une aide au stationnement. Tout commence côté consommateur, par l'utilisation en ligne de l'outil de modélisation Shape de 3DVia.com pour adapter les formes et dimensions de l'écran. « La puissance de Catia avec une interface intuitive aussi simple que celle d'un jeu vidéo ». Allez faire un tour sur le site ReDesignMe.com pour vous convaincre de la validité du concept.

Le point d'entrée dans l'entreprise est le Design qui doit assurer la synthèse des multiples propositions en provenance des clients et dégager des tendances de travail. C'est lui qui crée à l'aide Catia V6 le modèle de travail du projet. L'étape suivante est le Program Management qui utilise le portail 3D Live. L'ensemble des acteurs de l'entreprise impliqué dans ce nouveau projet peut alors travailler de manière collaborative sur des données toujours à jour. Le système d'aide au stationnement nécessitant des capteurs et des actionneurs pilotés par des algorithmes de traitement, c'est Modelica qui est utilisé pour les créer et les simuler. Des étapes de simulation du comportement mécanique des composants du systèmes sont ensuite réalisées avant de passer à la simulation de la fabrication. Bref, nous avons eu l'illustration des capacités de l'ensemble de la plate-forme V6, qu'il s'agisse de 3DVia, Catia, Enovia, Simulia ou Delmia. « Et le tout fonctionne en ligne via des liaisons Internet : En Live ! », conclut Jacques Leveillé Nizerolle. Expliquant ainsi la présence de ce vocable sur tous les murs et documents de ce forum.

L'innovation durable

La matinée a ensuite été marqué par les présentations de Harlad Robok, VP PLM Solutions North East Europe d'IBM et de Günter Rester, Director Manufacturing Industries de Microsoft. On en retiendra la vision dynamique de l'entreprise exprimée par IBM et la mise en avant des technologies futuristes d'affichage et de travail collaboratif autour du bureau du futur présentées par Microsoft. Mais le point d'orgue de la matinée était la présentation de Bernard Charlès, directeur général de Dassault Systèmes autour de l'innovation durable.

Il a d'entrée de jeu tenu à parler de la crise qui après le monde de la finance touche maintenant l'industrie et donc ses clients au premier chef. « Plus rien ne sera comme avant. Nous devons nous poser la question sur ce qu'est le développement d'une société et si son taux de croissance est le seul et bon indicateur. Pour ma part, je pense qu'il faut, plutôt que de miser sur des profit à court terme, envisager un "développement durable" des sociétés basé à la fois sur des produits plus respectueux de l'environnement et sur une mission plus sociétale des entreprises »

Bernard Charlès considère qu'il faut que le développement de produit trouve maintenant le bon équilibre entre trois pôles : les performances du produit ; l'utilisation du produit et le service rendu au consommateur final ; l'environnement. Une nouvelle donne que les outils de développement devront intégrer. « C'est par exemple ce que nous sommes entrain de développer dans le cadre du projet européen BioIntelligence qui vient d'être lancé pour une durée de 5 ans ». Un projet qui vise au développement d'outils informatiques permettant d'optimiser la recherche et développement pharmaceutique, d'anticiper les échecs de nouveaux produits en phase d'essais cliniques, et donc d'accélérer le développement des molécules.

Autre évolution irréversible, le pouvoir des communautés en ligne. « Nous sommes aujourd'hui dans un monde sans frontières où l'internaute peut comparer en ligne les caractéristiques et les prix de différents produits avant de faire son choix. Il peut même, sur les sites les plus avancés, visualiser le produit en 3D et le manipuler. Sa demande porte maintenant sur une véritable expérimentation du produit en ligne, ce qui implique notamment l'intégration d'une dimension comportementale dans les modèles 3D ». Une prise en compte des scénarios d'usage qui fait la part belle au travail des designers.

Vers des réseaux d'intelligence collective

Et Bernard Charlès va même plus loin : « vos clients ont des idées sur les produits qu'ils voudraient utiliser. Donnez leur les moyens d'exprimer leurs rêves. Il faut mettre en place de véritable réseaux d'intelligence collective qui permettront de développer des produits novateurs plus en phase avec les attentes des consommateurs ».

De même, à l'instar de ce qui se fait déjà dans le monde de l'électronique, Bernard Charlès propose d'intégrer du matériel physique dans la boucle de conception. Et de montrer l'exemple de la maquette numérique d'un cÅ“ur de centrale nucléaire où le modèle 3D du pont roulant, servant à manipuler les barres de combustible, est piloté par un opérateur assis dans une cabine, reproduction exacte de son futur environnement de travail. Il peut ainsi donner son avis aux concepteurs quant à l'ergonomie et au fonctionnement de l'engin.

Pour Bernard Charlès, le PLM doit améliorer l'efficacité du développement de produits novateurs en faisant sauver les barrières de la communication. Parodiant les publicités télévisuelles d'IBM, il n'hésite pas à affirmer : « aujourd'hui nous communiquons trop et nous nous comprenons de moins en moins. Il faut que le PLM actuel devienne un outil de iPLM, c'est à dire de collaboration innovante, améliorant à la fois les relations de travail et les produits développés ».

L'ouverture vers le design

J'ai ensuite pu rencontrer Bernard Charlès et Anne Asensio, VP of Design Experience de Dassault Systèmes en petit comité. Cela a été l'occasion de découvrir la version V6R2009x et le DS Design Studio mis en place dans le nouveau campus de Dassault Systèmes, puis d'évoquer le contrat EADS.

Énumérer les nouveautés de la V6R2009x serait fastidieux, car elles touchent à toutes les marques, de Catia à Delmia. Le plus simple est de vous reporter au site de l'éditeur. Ce qu'il faut retenir, c'est que, moins d'un an après son arrivée sur le marché, V6 devient un véritable logiciel industriel, disponible au choix de l'utilisateur On Premise, On Demand ou On line.

Le rôle du DS Design Studio est de capitaliser et de propager l'excellence en design à tous les niveaux de Dassault Systèmes, ainsi que de ses offres produits. Il comporte une dizaine de designers qui sous la houlette d'Anne Asensio vont aussi aider les clients de Dassault Systèmes à augmenter leur compétitivité en intégrant le design à leur démarche de développement et dans leurs outils PLM.

« La création est un acte individuel, par contre l'innovation est le fruit d'une démarche collective, et le tout doit préserver l'intention du designer. C'est pourquoi il faut placer les méthodologies et outils de design au cÅ“ur du flux PLM », explique Anne Asensio. Une démarche qui se traduit déjà dans l'offre de Dassault Systèmes par trois logiciels que l'on retrouve au sein de la gamme Catia Design Studio Solution Portfolio : Imagine & Shape ; Curve & Surfaces ; Live Shape.

Phenix d'EADS vu par Dassault Systèmes

L'ECF a aussi été l'occasion pour Dassault Systèmes d'annoncer qu'il avait lui aussi remporté une partie du contrat Phenix chez EADS (voir notre numéro précédent pour la part relative à PTC). Malgré un vocabulaire choisi, Dassault Systèmes reconnaît n'avoir été retenu par le groupe EADS que pour les outils de CAO, tant produit avec Catia que production avec Delmia, et pour les outils de gestion de la maquette numérique avec Enovia-VPM. Dassault Systèmes cite même Jean Botti, CTO d'EADS qui constate : « IBM et Dassault Systèmes apportent une valeur ajoutée indiscutable au processus de transformation en cours dans le cadre du programme Phenix. Et ce, en synergie avec le choix récent d'EADS d'un autre bloc PLM clé de la solution Phenix ».

Pour nous, et c'est ce que nous écrivions déjà dans notre précédent numéro, pour faire simple et clair, Dassault Systèmes fournira les outils de CAO, d'usine numérique et de gestion de la maquette numérique, PTC fournira le PLM d'entreprise du groupe EADS.

Reste maintenant la manière dont cela s'est passé. Bernard Charlès nous affirme qu'il s'est retiré très vite du benchmark imposé, préférant montrer le savoir-faire de Dassault Systèmes sur la gestion en configuration d'un hélicoptère complet. « Nous nous concentrons déjà sur la prochaine génération d'outils qu'EADS devra mettre en place ».

« Concernant les rumeurs que nous aurions entretenues sur la vente de PTC, c'est nous faire beaucoup d'honneur que de nous croire capables d'influencer le Financial Times, surtout que celui-ci citait des sources comme la banque d'investissement Goldman Sachs », ironise Bernard Charlès.

Et la prise en compte des coûts dans tout cela ?

Concernant son approche PLM, Dassault Systèmes nous semble toutefois oublier que beaucoup de décisions industrielles ne sont pas prises sur des critères techniques, mais sur des critères financiers, nulle part dans les présentation PLM n'est fait mention du coût. « C'est vrai et c'est faux à la fois. Notre solution Enovia Apparel Accelerator for Design & Development dédiée au monde du textile, permet de faire un roll-up automatique du prix d'un vêtement, dès que sa modélisation et sa fabrication ont été finalisées. Ce type d'outil fera prochainement son apparition dans des outils PLM destinés à d'autres secteurs industriels », dévoile Bernard Charlès.

Autre révélation, l'outil ContentCentral de SolidWorks, un service gratuit qui permet de rechercher, configurer, télécharger et demander des pièces et des assemblages 3D, des blocs 2D, des fonctions de bibliothèque et des macros, sera bientôt proposé avec l'ensemble des logiciels de Dassault Systèmes.

A la semaine prochaine

Pour en savoir plus : http://www.3ds.com/fr/products/ & http://www.3ds.com/designstudio & http://www.redesignme.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 27 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Rassemblant une association, des industriels et des écoles d'ingénieurs, le projet Euroglider vise à créer un[…]

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Plus d'articles