Nous suivre Industrie Techno

Dans les coulisses de la crème solaire

Dans les coulisses de la crème solaire

© DR

Muni de votre sac et parasol reconvertis en panneaux solaires, de vos tongs piézoélectriques, vous êtes fin prêt pour le bord de mer. Il serait toutefois dommageable d’oublier un allié de longue date du plagiste en mal de vitamine D, à savoir la crème solaire. Vous n’en avez peut-être pas conscience, mais la lotion immaculée qui s’échappe du tube a déjà vu une peau avant la vôtre. Et c’est le sujet de la cinquième étape de notre voyage « techno-touristique ».

L’été dernier, Industrie & Technologies était invité à venir découvrir le centre de recherches de L’Oréal au sein du technopôle de Gerland, à Lyon. Dans ce laboratoire, le numéro un mondial de la cosmétique a une activité  pour le moins inhabituelle, puisqu’il y produit des peaux artificielles. En fait, de l’épiderme reconstitué à partir de certains déchets chirurgicaux.

Si le spécialiste des produits de beauté se donne autant de mal, c’est parce qu’il se doit de démontrer l’absence de risque d’un nouveau produit ou formulation avant sa mise sur le marché. Les tests cosmétiques se déroulent de plus en plus "in vitro", suite à l’entrée en vigueur d’une nouvelle réglementation européenne interdisant l’expérimentation animale.

Quand L’Oréal veut commercialiser une nouvelle crème solaire, les premiers tests réalisés se passent néanmoins sur ordinateur. Ils consistent notamment à examiner une base de données moléculaires et la bibliographie pour vérifier que les différents ingrédients de la préparation ne présentent aucun danger pour l'homme. Si tel est le cas, la crème solaire peut être synthétisée, puis son efficacité et sa sécurité mesurée sur les échantillons de peaux. L’Oréal dispose pour cela de machines spéciales dans son laboratoire de Gerland, comme une cabine à ultraviolets.

L’"in vitro" ne suffit toutefois pas pour la commercialisation d’un nouveau produit. Les tests officiels imposent encore de vérifier absolument l'efficacité d'une crème solaire sur l'homme.

Ludovic Fery

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Une nouvelle étude relance le débat sur l'efficacité du bamlanivimab contre le covid-19

Une nouvelle étude relance le débat sur l'efficacité du bamlanivimab contre le covid-19

Une étude parue dans Clinical Infectious Diseases le 13 avril indique que le bamlanivimab, l'anticorps monoclonal anti-Covid-19 d'Eli[…]

Covid-19 : des projets de vaccins sous forme de spray nasal pour cibler le virus dès son entrée dans le corps

Covid-19 : des projets de vaccins sous forme de spray nasal pour cibler le virus dès son entrée dans le corps

L’Agence européenne des médicaments établit que la thrombose est un effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca

L’Agence européenne des médicaments établit que la thrombose est un effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca

AstraZeneca : « L’erreur d’administration ne suffit pas, à elle seule, pour expliquer les cas de thromboses », estime Philippe Nguyen, président du GFHT

AstraZeneca : « L’erreur d’administration ne suffit pas, à elle seule, pour expliquer les cas de thromboses », estime Philippe Nguyen, président du GFHT

Plus d'articles