Nous suivre Industrie Techno

Dans l’antre du Lion : PSA Velizy, le deuxième centre R&D de France

Jean-François Preveraud

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Dans l’antre du Lion : PSA Velizy, le deuxième centre R&D de France

L'ADN accueille le centre de style de PSA

© DR

Le Centre technique de PSA à Vélizy (78) regroupe les équipes chargées du développement des plates-formes 1 (petits véhicules) et 3 (véhicules de gamme moyenne supérieure et haut de gamme).

L’animal qui vit ici doit être diablement féroce vu la hauteur des grilles surmontées de barbelés qui entourent le lieu. Féroce vis-à-vis de la concurrence certainement, mais il aime surtout la discrétion et entend protéger ses petits ! Car c’est ici que le groupe PSA Peugeot Citroën développe la plus grande partie de ses futurs véhicules.

Le Centre technique de PSA Peugeot Citroën à Vélizy (78) est né en 1966 de la volonté de Citroën de transférer sur un site spécifique mieux adapté, ses services études et recherches, auparavant confinés dans l’usine historique du Quai de Javel à Paris. Les SM, GS et CX verront le jour ici. Puis après le rapprochement avec Peugeot en 1974, les études de la marque au lion rejoindront peu à peu le site de Vélizy. Les deux marques finiront par partager les mêmes plates-formes pour arriver aujourd’hui aux gammes C et DS chez Citroën et X08 chez Peugeot.

Le Centre technique de Vélizy est l'un des quatre pôles français d'études et de recherches automobiles de PSA Peugeot Citroën, au même titre que les sites de Sochaux-Belchamp (25), La Garenne (92) et Carrières-sous-Poissy (78).

Au fil du temps le site est devenu un patchwork dense de bâtiments industriels, de bureaux et de parking desservis par des rues au nom des grands ingénieurs de l’automobile. Toutefois, un bâtiment à l’architecture moderne, dédié au design et aux avant-projets, a été construit sur le site en 2004, l’ADN (Automotive Design Network), avec de gros moyens de réalité virtuelle. Mais ce site est coincé entre la N118, la Base Aérienne 107 de Villacoublay et le Bois du Loup Pendu. Trop à l’étroit un second site a été construit à proximité au milieu des années 2000. L’ensemble emploie 5 800 personnes dédiées à la R&D du groupe.

Le Centre technique rassemble les principales directions chargées : des activités amont véhicule (style, innovation, avant-projets) ; du développement et de l’industrialisation des projets véhicules des plates-formes 1 (petits véhicules) et 3 (véhicules de gamme moyenne supérieure et haut de gamme) ; des activités de services et pièces de rechange. L’organisation s’articule autour de quatre pôles d’expertise technique : l’architecture physique et fonctionnelle, la caisse habitable et matériaux, les systèmes électricité électronique, la chaîne de traction et châssis. Les métiers du style, de l’innovation, de l’ingénierie de production, de la conduite de projet, des coûts, de la qualité et d’autres fonctions supports, complètent le dispositif.

Outre les bureaux d’études, le Centre dispose d’ateliers pour la préparation de maquettes et de l’implantation des véhicules, ainsi que de mini-lignes de ferrage et montage prototypes. Plus d’une centaine de bancs et moyens d’essais physiques, numériques et de réalité virtuelle, permettent la réalisation de tests thermiques, d’endurance, de mesures acoustiques et vibrations, d’électricité électronique, ou encore de simulations routières.

Des moyens qui aujourd’hui sont au service du développement du véhicule 2 litres pour 100 km. Un nouveau petit lion qui ne demande qu’à grandir !

Jean-François Prevéraud

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles