Nous suivre Industrie Techno

Crowdfunding : dix projets technos qui ont marqué l’année 2015

Juliette Raynal
Crowdfunding : dix projets technos qui ont marqué l’année 2015

© Flickr - Simon Cunningham

Un ordinateur à 9 dollars, un exosquelette de jambes, un drone sous-marin, des robots sous la banquise, une imprimante pour tisser du vivant, une voile solaire pour voyager dans l’espace… Découvrez (ou redécouvrez) dix technologies "crowdfundées" qui ont marqué l’année 2015.

Tout au long de l’année, la rédaction d’Industrie & Technologies déniche des solutions innovantes propulsées sur les plates-formes de financement participatif comme Kickstarter, Indiegogo, Wiseed, Ulule ou encore Anaxago, pour n’en citer que quelques unes. Voici une sélection de dix projets technologiques soutenus par les internautes, qui ont retenu notre attention en 2015. 

C.H.I. P : l’ordinateur à 9 dollars

Développé par l’entreprise NextThing Co., le micro-ordinateur C.H.I.P a récolté plus de 2 millions de dollars sur la plate-forme de financement participatif Kickstarter. L’ordinateur développé en Open Source fonctionne sous le système d’exploitation Linux. Comme son nom l'indique, il fait la taille d'une puce et est doté d’un processeur de 1 GHz, d’une mémoire interne de 512 Mo, d’un espace de stockage de 4 Go et de deux puces pour le connecter en Wi-Fi ou via la technologie Bluetooth.

Batband : le casque qui utilise les os du crâne pour propager le son

La société StudioBananaThings a imaginé un casque audio connecté pour le moins original. Baptisé Batband, il permet d'écouter de la musique tout en ayant les oreilles libres grâce au principe de conduction osseuse. Propulsé sur Kickstarter, l'objet connecté a récolté plus de 820 000 dollars auprès des internautes.

Wandercraft fabrique un exosquelette de jambes

Soutenue par des investisseurs privés, dont Xavier Niel, la start-up Wandercraft développe un exosquelette de jambes motorisées pour les personnes paraplégiques, les patients atteints de myopathie et les personnes âgées en perte de mobilité. Sur la plate-forme de financement participatif française Anaxago, la jeune pousse a récolté plus de 800 000 euros.

Trident, le drone sous-marin

La start-up OpenROV développe un robot sous-marin bon marché. Baptisé Trident, il peut plonger à une centaine de mètres de profondeur durant trois heures. Avec ses 3 kilogrammes pour 40 centimètres de long et 20 centimètres de large, le robot atteint la vitesse de 2 mètres par seconde (7,2 km/h), soit celle d’une marche rapide. Sur Kickstarter, il a atteint son objectif de financement (45 000 dollars) en seulement… cinq minutes ! Au total, la campagne de Crowdfunding a permis à OpenROV de réunir plus de 815 000 dollars.

Des robots sous la banquise pour analyser la vie sous-marine

Le Laboratoire d’Océanographie de Villefranche (Alpes-Maritimes) a lancé, en novembre dernier, un appel au financement participatif sur la plate-forme française Ulule pour son projet de robots de mesure dans l’Océan Antarctique. Les océanographes souhaitent, en effet, explorer, à l’aide de robots flotteurs-profileurs, les eaux sous la glace de l’Antarctique pour en comprendre le fonctionnement. La campagne de Crowdfunding leur a permis de récolter 23 512 euros, contre les 20 000 euros initialement recherchés.

Poietis : l’impression du vivant par laser

La start-up bordelaise Poietis, spin-off de l'Inserm Bordeaux, a mis au point une technologie de bio-impression par laser permettant d'imprimer des tissus vivants avec une résolution de 20 micromètres. Dans les détails, le procédé permet, via la focalisation d’une impulsion laser sur une cartouche, de former un jet d’encre biologique vers un substrat sur lequel sont collectées des microgouttelettes de cellules. Les motifs de cellules sont quant à eux obtenus par un balayage rapide de la cartouche par le laser. La jeune pousse a récemment signé un accord avec le géant allemand de la chimie BASF et a levé, en octobre dernier, près d’un million d’euros sur la plate-forme Wiseed, contre les 600 000 euros initialement visés.

LightSail : la voile solaire pour voyager dans l’espace

La voile solaire LightSail doit permettre de faire voyager dans l'espace des mini-satellites grâce à l’énergie solaire, sans utiliser le moindre carburant. Réalisée à partir de Mylar, un film plastique dérivé du xylène très résistant et épais de 4,5 microns, la voilure de 32 mètres carrés, composée de quatre voiles triangulaires, doit permettre de faire avancer un mini-satellite grâce à la force dégagée par les photons, les particules qui constituent la lumière, qui viennent percuter la surface de la voile. Au total le coût de LightSail est estimé à 5,45 millions de dollars. Le projet est financé par de nombreux mécènes, mais aussi par les internautes grâce à une campagne de Crowdfunding menée sur la plate-forme Kickstarter. Plus d’1,2 million de dollars ont d’ores et déjà été récoltés.

PhoneDrone, le drone qui utilise l’intelligence du smartphone

Le PhoneDrone est le tout dernier quadcopter de l’entreprise xCraft. La spécificité du PhoneDrone est de n’embarquer aucune intelligence mais d’utiliser celle du smartphone de son utilisateur. Le drone peut ainsi être piloté sous plusieurs modes. En utilisant une application gratuite sur le téléphone, les utilisateurs peuvent entrer une trajectoire de vol que le PhoneDrone suit ensuite de manière autonome. Il est également possible de piloter manuellement le drone en utilisant un autre smartphone ou tablette via le Wi-Fi. Sur Kickstarter, le projet a récolté plus de 325 000 dollars.

Des signaux de fumée pour sensibiliser aux émissions de gaz carbonique

Deux ingénieurs danois veulent sensibiliser la population aux émissions de gaz carbonique grâce à des signaux de fumée, en transformant les masses grisâtres sortant des usines en rond de fumée. Pour changer la forme de la fumée des usines, les deux danois installent un système à la sortie d’une cheminée. Le dispositif, qui a récolté près de 30 000 dollars sur Kickstarter, devrait équiper le futur incinérateur de Copenhague.

Cannybots, des petites voitures programmables

La start-up Cannybots a développé un jeu éponyme permettant aux enfants de fabriquer, programmer, puis contrôler leurs propres petites voitures de course connectées. Objectif : les inciter à s'intéresser à la programmation informatique, à l'intelligence artificielle, à la robotique, au design et à l'impression 3D. Développé en partenariat avec Autodesk, le projet a réuni plus de 177 000 dollars sur Kickstarter.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Les puces électroniques bio-inspirées pourraient disrupter le marché dans la décennie », prédit Pierre Cambou, analyste chez Yole Développement

« Les puces électroniques bio-inspirées pourraient disrupter le marché dans la décennie », prédit Pierre Cambou, analyste chez Yole Développement

L'électronique neuromorphique, inspirée du cerveau, a le potentiel de disrupter le marché dans la prochaine décennie.[…]

Comment l'implant cérébral de Clinatec permet de commander un exosquelette par la pensée

Comment l'implant cérébral de Clinatec permet de commander un exosquelette par la pensée

EuraTechnologies renforce son incubateur dédié à l'industrie

EuraTechnologies renforce son incubateur dédié à l'industrie

Cyberattaque Triton, puce quantique Sycamore et Starship… les meilleures innovations de la semaine

Cyberattaque Triton, puce quantique Sycamore et Starship… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles