Nous suivre Industrie Techno

Cri d'alarme pour la R&D automobile

Industrie et  Technologies
Le Syntec Ingénierie constate une brusque réduction de 25 % des capacités d'études externes de l'automobile. Il craint une perte du savoir-faire et le recours à des délocalisations lors de la reprise. C'est pourquoi il souhaite conditionner les aides de l


Face à un mouvement fort de réduction des activités R&D dans l'industrie automobile en pleine crise, le Syntec-Ingénierie, la Fédération de l'Ingénierie Industrielle et de la Construction, a alerté les pouvoirs publics à l'issue de son Conseil d'Administration du 22 janvier. Ainsi, Alain Bentéjac, Président du Syntec-Ingénierie, estime : « la crise ne doit pas être une occasion de délocaliser la R&D automobile française, surtout quand les concurrents, allemands notamment, adoptent la position inverse, conservent leurs forces en vue de la reprise et préservent ainsi leur compétitivité ».

Le constat est simple. Sur les 15 000 personnes concernées par la conception automobile dans les sociétés d'ingénierie et de conseil en technologies, ce sont 25 % qui verront leur activité arrêtée d'ici mars, soit 4 000 personnes en France, estime le Syntec-Ingénierie, suite à une réunion des dirigeants et directeurs des ressources humaines des sociétés concernés.

Pour y faire face, le Syntec-Ingénierie et ses adhérents se sont fortement mobilisés. Un plan d'urgence a été mis en Å“uvre, avec cellule de crise, mesures d'accompagnement social (formations aidées pour les salariés en "inter-contrat", reconversions vers d'autres industries) et dialogue en cours avec les partenaires sociaux pour développer des actions complémentaires.

Un risque de délocalisation des études

Cela risque aussi d'avoir des conséquences très graves à moyen terme sur le plan économique. « Au moment où le Gouvernement lance la "bataille pour l'intelligence", cette réduction brutale des capacités de R&D met en péril les capacités d'innovation automobile en France. En effet, dans 12 ou 18 mois, les savoir-faire inutilisés ou reconvertis ne seront plus mobilisables. Qui concevra alors les véhicules de la reprise ? », remarque-t-on au Syntec-Ingénierie. On estime même que cela risque de conduire à des délocalisations à grande échelle de la conception et des études de développement dans les pays émergents.

Les professionnels de l'ingénierie, par la voix du Syntec-Ingénierie et de son Président, dénoncent donc cette destruction de valeur et souhaitent conditionner les aides de l'Etat à des objectifs précis de préservation de ce capital immatériel.

Ils proposent par ailleurs aux pouvoirs publics d'impliquer massivement les experts des sociétés d'ingénierie industrielle dans les plans en préparation par l'Etat (exemple : Qualité et performance 2010...), afin de maintenir des capacités d'innovation et de développement clés pour la compétitivité du tissu industriel français.

Les USA montreraient-ils la voie ?

Notons que la nouvelle administration américaine vient de conditionner son aide à l'industrie automobile à une réduction significative de la consommation des véhicules. Alors que les industriels s'étaient engager fin 2007 à réduire celle-ci de 40 % d'ici 2020, l'Administration Obama leur demande d'atteindre le même objectif d'ici 2011. La norme adoptée en 2007 par le Congrès prévoyait une consommation maximale d'un gallon pour 35 miles (6,7 l/100 km), mais elle n'a jamais été appliquée par l'Administration Bush.

« Cette hausse de 40% de l'efficacité de nos véhicules permettra d'économiser 2 millions de barils de pétrole chaque jour, soit l'équivalent de ce que nous importons depuis le Golfe persique. De plus, il ne s'agit pas d'accabler un peu plus une industrie déjà fortement touchée par la crise, mais de nous assurer que les voitures économes de demain seront construites ici, aux Etats-Unis », estime le Président Obama. Nos dirigeants seront-ils moins visionnaires que lui ?

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.syntec-ingenierie.fr

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles