Nous suivre Industrie Techno

crée un microscope pour voir l'intérieur des tissus

H. L. hleroux@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
LLTech développe un appareil d'imagerie médicale utilisant, a lumière et non pas les ultrasons, pour voir en gros l'intérieur des tissus humains. Le procédé est né à l'ESPCI ParisTech.

La tomographie de cohérence ne vous évoque peut-être rien, mais elle a fait le bonheur de LLTech. Comparable dans son principe à l'imagerie aux ultrasons, cette technique mobilise la réflexion non pas d'ondes ultrasonores mais lumineuses. L'Institut Langevin, à l'École supérieure de physique et de chimie industrielles de la Ville de Paris (ESPCI, 6e en 2012), s'en est fait un champ de recherche. « En sélectionnant la lumière à une profondeur choisie, on peut voir à travers des milieux diffusants comme la peau », explique Claude Boccara, chercheur de l'institut. Les publications scientifiques de ses travaux sont remarquées par l'entrepreneur Bertrand Le Conte de Poly qui imagine un microscope pour l'imagerie des tissus biologiques.

Ingénieurs et chercheurs travaillent en symbiose

Créée fin 2009, LLTech rafle un prix du ministère de la Recherche dans la catégorie création. Elle débute cette année la commercialisation de son microscope Light CT Scanner. Premier marché visé, l'examen des biopsies : « Après l'extraction d'une tumeur du sein, notre microscope permet d'effectuer une coupe virtuelle à l'intérieur des tissus. Le médecin peut alors rapidement vérifier que la tumeur a été totalement extraite », explique l'entrepreneur.

Chez LLTech, la collaboration entre ingénieurs et chercheurs tient de la symbiose. « Dans une si petite équipe, il faut être touche à tout », explique Bertrand Le Conte de Poly. Pour accompagner les ingénieurs dans le développement d'un prototype, Claude Boccara a dû quitter son pré carré de recherche. De son côté, la start-up suit de près les travaux de l'Institut pour identifier de nouvelles applications à sa technologie. Conséquence logique, elle a fini par déménager ses locaux au sein de l'ESPCI en 2011. Une manière d'intensifier les échanges et la mutualisation des moyens. « Le voisinage de l'école apporte une diversité d'interlocuteurs et de compétences extrêmement vivifiante », souligne Bertrand Le Conte de Poly. De nombreux élèves ingénieurs de l'ESPCI ont ainsi pu s'initier à la recherche appliquée en effectuant leur stage chez LLTech.

Les partenaires nourrissent maintenant un nouveau projet : adapter leur technologie à l'endoscopie. « Cela veut dire faire rentrer notre microscope à l'intérieur du corps humain pour mieux observer des lésions ou tumeurs internes », résume Bertrand Le Conte de Poly. Cette piste, retenue dans un appel à projet de l'ANR, a généré l'embauche de deux thésards en contrat Cifre

null
LES PARTENAIRES

École supérieure de physique et de chimie industrielles de la Ville de Paris (ESPCI) - Institut Langevin (ondes et images) de l'ESPCI ParisTech - 1 chercheur - 2 doctorants actuellement en contrat Cifre LLTech - Créée en 2009 - Basée dans les locaux de l'ESPCI - 8 personnes

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0943

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2012 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Pas à pas] Comment tirer parti de la réalité augmentée dans votre usine

[Pas à pas] Comment tirer parti de la réalité augmentée dans votre usine

Profitant des formidables progrès de l'informatique embarquée et de l'essor de l'usine 4.0, les exemples d'applications[…]

Bâtiments intelligents : des économies du sol au plafond

Bâtiments intelligents : des économies du sol au plafond

INNOVATION À TOUS LES ÉTAGES

Dossiers

INNOVATION À TOUS LES ÉTAGES

« Bâtiments intelligents : il faut placer l'utilisateur au centre », Olivier Cottet, Schneider Electric

Interview

« Bâtiments intelligents : il faut placer l'utilisateur au centre », Olivier Cottet, Schneider Electric

Plus d'articles