Nous suivre Industrie Techno

[Crazy Labs] Des jouets en mal d’amour

[Crazy Labs] Des jouets en mal d’amour

© Alexandra Pihen

Plus de 1200 jouets transitent par les laboratoires d’analyses de Lille et Lyon chaque année pour réaliser un suivi de leur qualité pour être mis sur le marché français. Avant d’atterrir dans les bras des enfants, chaque jouet passe une batterie de test pour garantir leur innocuité. Pour connaître les différents tests réalisés, direction le Service commun des laboratoires (SCL) de Lille !

 

Essais de chute, de choc, de traction… les jouets passent l’étape du laboratoire de torture avant de pouvoir atterrir dans les bras des enfants. Ces premiers tests vérifient d'abord la solidité physique. Par exemple, une petite voiture subit ainsi 5 chutes de 85 centimètres et encaisse une masse de 1 kg lâchée à 10 centimètres au-dessus afin d'évaluer son état après accidents : bords coupants ? Eléments détachés ? L'objectif de ces expérimentations : garantir l’innocuité des jouets via une batterie de tests physico-chimiques, tous basés sur les normes européennes en vigueur.

Pour découvrir en détails les tests subis par les jouets, direction notre reportage intitulé  « Laboratoire de torture des jouets », réalisé au sein du Service commun des laboratoires (SCL) de Lille !

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Nous voulons créer en France un Tesla de la batterie sodium-ion », affirme Laurent Hubard, directeur de Tiamat Energy

« Nous voulons créer en France un Tesla de la batterie sodium-ion », affirme Laurent Hubard, directeur de Tiamat Energy

Tiamat Energy a annoncé le 21 novembre son intention de construire la première ligne de production de batteries sodium-ion au monde,[…]

Un béton fibré plus écologique pour renforcer les ouvrages

Fil d'Intelligence Technologique

Un béton fibré plus écologique pour renforcer les ouvrages

Pour bien commencer la semaine : HeXplora, l'open innovation selon Segula Technologies

Pour bien commencer la semaine : HeXplora, l'open innovation selon Segula Technologies

« Nous voulons favoriser l’appropriation de la fabrication additive par les industriels », affirme Guillaume de Crevoisier, directeur commercial mondial des solutions d'impression 3D chez Arkema

« Nous voulons favoriser l’appropriation de la fabrication additive par les industriels », affirme Guillaume de Crevoisier, directeur commercial mondial des solutions d'impression 3D chez Arkema

Plus d'articles