Nous suivre Industrie Techno

[Crazy Labs] Au Louvre, un accélérateur dédié à la préservation du patrimoine

[Crazy Labs] Au Louvre, un accélérateur dédié à la préservation du patrimoine

© Christophe Hargoues / C2RMF / CNRS Photothèque

Il bombarde de particules les objets du patrimoine, mais pour les préserver. L’accélérateur grand Louvre d’analyse élémentaire (AGLAE) caractérise les oeuvres du patrimoine en émettant des rayonnements et des particules. Ces derniers permettent de connaître la nature et la concentration des éléments chimiques présents.

Sous la pyramide de verre du Louvre, à 15 mètres de profondeur, se situe AGLAE, l’accélérateur Grand Louvre d’analyse élémentaire. Cette machine caractérise les oeuvres du patrimoine en les bombardant de particules accélérées. Des noyaux d’hydrogène ou d’hélium sont accélérés à des vitesses allant jusqu’à 30 000 km/s avant d’être projetés dans la matière à analyser. Là, ils apportent de l’énergie aux atomes qui composent la matière. Ceux-ci émettent rayonnements et particules qui permettent d’analyser la nature et la concentration des éléments chimiques présents. 

AGLAE est le seul au monde à être dédié aux objets du patrimoine. Pour en savoir plus sur son fonctionnement et ses améliorations, vous pouvez lire l’article complet « Les objets du patrimoine sous l’oeil des particules du nouvel AGLAE »

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le CETI inaugure un démonstrateur pour recycler le coton à la chaîne

Le CETI inaugure un démonstrateur pour recycler le coton à la chaîne

Le Centre européen des textiles innovants (CETI) a inauguré ce 19 septembre à Tourcoing le démonstrateur d'une ligne[…]

Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Masméca éprouve le navire vert

Dossiers

Masméca éprouve le navire vert

Eramet, BASF et Suez reçoivent 4,7 millions d'euros pour recycler les batteries Li-ion en Europe

Eramet, BASF et Suez reçoivent 4,7 millions d'euros pour recycler les batteries Li-ion en Europe

Plus d'articles