Nous suivre Industrie Techno

Covid19 : cette modélisation de l'Inserm qui suggère la domination du variant anglais en France entre fin février et mi-mars

Covid19 : cette modélisation de l'Inserm qui suggère la domination du variant anglais en France entre fin février et mi-mars

© Inserm

Une étude de chercheuses de l'Inserm mise en ligne le 16 janvier simule la progression du variant anglais en France. En s'appuyant sur une estimation à 1,4% des cas de Covid dus au variant anglais début janvier en France, cette modélisation indique que le variant anglais supplanterait la souche actuelle entre fin février et mi-mars, provoquant quelque 25 000 hospitalisations hebdomadaires entre mi-février et début avril en l'absence d'interventions.

Comment quantifier la menace pour la France du variant anglais ? Une modélisation de quatre chercheuses de l'Inserm (Institut Pierre-Louis d’épidémologie et de santé publique) publiée samedi 16 janvier donne des éléments de réponse : « Nous estimons que le variant deviendrait dominant en France entre fin février et mi-mars, en fonction de l'évolution épidémique et de l'augmentation estimée de la transmissibilité du VOC [VOC-202012/01, le variant anglais, ndlr] », écrivent les chercheuses.

Cette domination passerait par une envolée des admissions en hôpital : « Les nouvelles hospitalisations hebdomadaires devraient atteindre le niveau du pic de la première vague (environ 25 000 hospitalisations) entre mi-février et début avril, en l’absence d’interventions. »

Ce rapport s'appuie d'une part sur les estimations de Santé publique France, suite à l'enquête flash menée début janvier, indiquant que 1,4% des nouveaux cas de COVID-19 le 8 janvier étaient dus au variant anglais (VOC-202012/01). Il s'appuie d'autre part sur plusieurs études en cours estimant que le variant anglais est de 50 à 70% plus contagieux que le Sars-Cov-2 dominant jusqu'ici.

Les chercheuses ont testé ces deux valeurs de surcroît de contagiosité dans le cadre de trois scénarios épidémiques : le scénario, dit de base, prend pour valeur du facteur de reproduction R celle estimée d'après les hospitalisations de début janvier, soit 1,1. Un scénario optimiste, avec un R de 1 (pouvant refléter l'impact du couvre-feu de 18h) et un scénario pessimiste, avec un R de 1,2, sont aussi étudiés.

Les résultats des six modélisations correspondantes sont présentées ci-dessus. Les courbes orange correspondent aux admissions à l'hôpital liées à la souche actuellement dominante du virus, les courbes vertes à celles provoquées par le variant anglais.

Dans le meilleur des cas (R=1 pour la souche classique, variant 50% plus contagieux), le variant anglais devient dominant en France mi-mars. Dans le pire (R=1,1 pour la souche classique, variant 70% plus contagieux), il domine dès fin janvier.

Les autrices du rapport s’appuient sur leurs simulations pour appeler les autorités à « renforcer les mesures de distanciation sociale et accélérer la campagne de vaccination pour faire face à la menace du variant VOC ».

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Anticorps polyclonaux : Xenothera démarre l'essai clinique de phase 3 de son traitement anti-covid.

Anticorps polyclonaux : Xenothera démarre l'essai clinique de phase 3 de son traitement anti-covid.

La biotech française Xenothera a annoncé le 3 mai le démarrage d'un essai clinique de phase 3 de son traitement anti-Covid.[…]

29/04/2021 | Traitements et vaccins
Une nouvelle étude relance le débat sur l'efficacité du bamlanivimab contre le covid-19

Une nouvelle étude relance le débat sur l'efficacité du bamlanivimab contre le covid-19

Covid-19 : des projets de vaccins sous forme de spray nasal pour cibler le virus dès son entrée dans le corps

Covid-19 : des projets de vaccins sous forme de spray nasal pour cibler le virus dès son entrée dans le corps

L’Agence européenne des médicaments établit que la thrombose est un effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca

L’Agence européenne des médicaments établit que la thrombose est un effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca

Plus d'articles