Nous suivre Industrie Techno

[Covid-19] Les tests de dépistage du SARS-Cov-2 au coeur des efforts des industriels du diagnostic

Alexandre Couto

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

[Covid-19] Les tests de dépistage du SARS-Cov-2 au coeur des efforts des industriels du diagnostic

Le laboratoire bioMérieux inclura au second trimestre 2020, le SARS-CoV-2 à son outil de diagnostic automatisé FilmArray

Lutter contre la pandémie de Covid-19 passe par un dépistage systématique martèle l'Organisation mondiale de la Santé. Les industriels spécialistes du diagnostic se mobilisent pour permettre la massification des tests du coronavirus SARS-Cov-2.

Face au Covid-19, la pression monte sur les fabricants d'équipements et produits de diagnostic médical. « Testez, testez, testez les gens ! » a exhorté lundi 16 mars le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus. L’organisation internationale l’a martelé tout ce début de semaine sur les réseaux sociaux : la lutte contre l’épidémie de Covid-19 passe par une identification et une prise en charge rapide des nouveaux cas.

Les tests couramment utilisés pour détecter les cas de Covid-19 sont basées sur le procédé dit de transcription inverse suivie d’une amplification en chaîne par polymérase (RT PCR), qui permet la détection de l’ARN du virus. Outre l'usage de réactifs dédiés, leur mise en œuvre passe par des opérations qui limitent la cadence. La plupart des tests sur le marché demandent en outre 4 à 5 heures.

Face à l'objectif de massifier le nombre de tests, les industriels des dispositifs d'analyse médicale actionnent deux leviers : d’une part augmenter les capacités de production de leurs réactifs et d’autre part développer des procédés plus rapides et plus faciles à mettre en œuvre.

Muscler les capacités de production

Primedesign, filiale de Novacyt dont le diagnostic a été l’un des premiers à obtenir le marquage CE, a ainsi musclé ses capacités de production. La société a annoncé le 12 mars avoir fait l’acquisition de suffisamment de matière première pour confectionner 3,5 millions de tests pour détecter Covid-19.

Par ailleurs, la société s’est rapprochée d’un sous-traitant pour accroître ses capacités de production pour atteindre « 2 millions de tests par mois ». La société espère obtenir prochainement l’autorisation de l’agence de la sécurité sanitaire américaine (FDA) pour une mise sur le marché.

Les laboratoires cherchent aussi à mettre sur le marché des solutions de diagnostic automatisées, capables de traiter simultanément un grand nombre d’échantillon. La société suisse Roche s’est démarquée, en début de semaine, en décrochant pour son test la double autorisation CE et FDA (dans le cadre d’une procédure d’utilisation en urgence).

Automatiser les tests

Sa particularité ? Il peut être utilisé sur les plateformes de tests moléculaires de type Cobas 6800 et 8800. Entièrement automatisés et dédiés aux analyses de moyen et haut débit, ces équipements sont couramment utilisés dans les hôpitaux et les laboratoires de villes pour d’autres types d’examens. Le test de Roche permet d’obtenir un résultat en un peu plus de trois heures. Appliqué sur une machine cobas 8800, près de 2880 résultats peuvent être obtenus en 24 heures, selon la société.

Du côté du Français bioMérieux, la société a annoncé le 11 mars avoir finalisé le développement de son premier test PCR temps réel, qui devrait être disponible fin mars. Il sera prochainement en cours d’évaluation pour le marquage CE et l’autorisation d’utilisation en urgence de la FDA.

En parallèle, la société développe un nouvel dispositif de diagnostic, totalement automatisé, qui pourra être utilisé avec les machines Filmarray 2.0 et Filmarray Torch de bioMérieux. Développé avec le soutien du département de la défense américain, ce système pourra détecter les 22 pathogènes respiratoires, auquel sera rajouté le coronavirus SARS-CoV-2, avec un résultat disponible en 45 minutes. Ce dispositif devrait être disponible dans le courant du second trimestre, selon l’entreprise française.

Des pays qui misent sur le dépistage

La stratégie de dépistage systématique a déjà porté ses fruits, notamment dans des pays particulièrement touchés par le coronavirus SARS-CoV-2, comme la Corée du Sud. Le pays a  mené une campagne de 274 500 tests, soit 0,5% de la population de la péninsule, pour 8 236 cas diagnostiqués selon les Echos. Depuis quelques jours, le nombre de cas décroît dans le pays.

La nation la plus touchée d’Europe, l’Italie, a également choisi de tester la plupart des cas suspects sur son territoire. Le pays a effectué 148 657 diagnostics depuis l’apparition des premiers cas sur son territoire, dont 31 506 se sont révélés positifs d’après les chiffres du ministère de la santé italien.

Le Royaume-Uni a annoncé sa volonté de renforcer ses stocks afin d’augmenter sa capacité de diagnostic à 10 000 tests quotidiens et  les Etats-Unis se préparent à tester massivement leurs citoyens,

La France en retrait

En comparaison, les chiffres affichés par la France sont relativement bas. L’Hexagone a en effet abandonné la plupart des tests préventifs pour ne consacrer les dispositifs de diagnostic qu’aux cas les plus graves, comme le préconise le stade 3 des mesures épidémiologiques. En réalité, comme le pointe le média Checknews.fr, la France a anticipé ces mesures dès le stade 2 de l’épidémie.

« Si les tests systématiques ont du sens lors de la phase initiale d’une épidémie, ils deviennent inutiles lorsque celle-ci est installée sur un territoire. », a voulu appuyer Olivier Véran, ministre de la Santé, au micro de France Inter mardi 18 mars. Une position qui fait débat parmi les professionnels de la santé.

Dans son dernier point épidémiologique, Santé publique France fait état d’un pic de 2 351 tests, enregistré le 10 mars. Selon l’organisme, 15 018 tests ont été menés en France depuis le 24 février pour 2 039 cas confirmés. En moyenne, un peu moins de 1000 échantillons ont été analysés par jour.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Vaccins anti-covid : au-delà des premiers résultats encourageants, encore beaucoup de questions

Vaccins anti-covid : au-delà des premiers résultats encourageants, encore beaucoup de questions

Alors que les vaccins contre le covid-19 de Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca livrent des premiers résultats prometteurs, tout[…]

24/11/2020 | VaccinCovid-19
La Haute autorité de santé s’apprête à statuer sur le test salivaire rapide EasyCov

La Haute autorité de santé s’apprête à statuer sur le test salivaire rapide EasyCov

Course aux vaccins, cloud européen et surveillance des eaux usées… Le best of techno de la semaine

Course aux vaccins, cloud européen et surveillance des eaux usées… Le best of techno de la semaine

Avec une efficacité boostée, le vaccin anti-covid de Pfizer et BioNTech est prêt pour l’autorisation d’utilisation en urgence

Avec une efficacité boostée, le vaccin anti-covid de Pfizer et BioNTech est prêt pour l’autorisation d’utilisation en urgence

Plus d'articles