Nous suivre Industrie Techno

Coved franchit une étape vers le recyclage de l’indium

Hugo Leroux

Sujets relatifs :

, ,
Coved franchit une étape vers le recyclage de l’indium

Nos écrans plats sont des mines de matériaux rares qu'il faut recycler.

© @ Powerlase

L’indium est un composant essentiel des écrans plats. Mais ses réserves mondiales sont menacées d’épuisement à court terme. Son recyclage est donc étudié de plus en plus près. En France, la société COVED devrait inaugurer une unité préindustrielle dans le courant de l’année 2012.

Dans la grande famille des métaux, l’indium possède des propriétés uniques : il est à la fois bon conducteur et… transparent. Dopé à l’étain sous forme d’ITO (indium tin oxyde), il fournit l'ingrédient actuellement irremplaçable pour les électrodes transparentes qui innervent écrans plats et surfaces tactiles. Mais ce métal rare - on ne l’extrait qu'en infimes quantités dans les mines de zinc - est menacé de pénurie face à l’explosion des applications électroniques.

Depuis quelques années, le recyclage de l’indium contenu dans les écrans LCD est à l’étude. Mais la séparation de l’ITO accroché aux dalles de verre n’est pas une mince affaire : « Une dalle LCD ne contient que deux grammes d’indium ! », souligne Fabien Tournut, responsable du centre de démantèlement Coved à Riom, dans le Puy-de-Dôme. Depuis fin 2010, la société, filiale du groupe Saur, s’attèle au développement d’un procédé de broyage par puissance pulsée via le projet RM-Pulse, soutenu par l'Ademe.

Technique utilisée dans l'extraction minière, le broyage pulsé consiste à libérer de très fortes puissances électriques instantanées pour décoller des matières intimement liées. Le procédé inclut une étape avale de tamisage pour séparer les bris de verre des résidus d’ITO. Le projet RM-pulse, qui s’est étendu sur 18 mois, vient de s’achever. « Il a permis de valider le procédé à l’échelle de laboratoire, avec de petites quantité de déchets », précise Fabien Tournut.

Coved se prépare maintenant pour la suite logique de son programme, RM-Pulse II, qui vise la construction d’un pilote pré-industriel sur son site de démantèlement de Riom à la fin de l’année. Celui-ci devrait traiter 2 000 tonnes d’écrans par an. Une fois l’ITO séparé et concentré, il sera expédié vers un ''affineur'', métallurgiste de spécialité, qui assurera la purification finale de l’indium. 

Hugo Leroux

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Les puces électroniques bio-inspirées pourraient disrupter le marché dans la décennie », prédit Pierre Cambou, analyste chez Yole Développement

« Les puces électroniques bio-inspirées pourraient disrupter le marché dans la décennie », prédit Pierre Cambou, analyste chez Yole Développement

L'électronique neuromorphique, inspirée du cerveau, a le potentiel de disrupter le marché dans la prochaine décennie.[…]

50 milliards de dollars d’investissement dans 18 projets d’usines de puces en 2020

50 milliards de dollars d’investissement dans 18 projets d’usines de puces en 2020

Les puces accélératrices de l'IA prolifèrent

Focus

Les puces accélératrices de l'IA prolifèrent

Impression 3D, nanotubes de carbone, AirCyber… les meilleures innovations de la semaine

Impression 3D, nanotubes de carbone, AirCyber… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles