Nous suivre Industrie Techno

COP 21 : H&M, Ikea, Nestlé et Philips visent le 100 % renouvelable pour 2020

COP 21 : H&M, Ikea, Nestlé et Philips visent le 100 % renouvelable pour 2020

A Saint Quentin Fallavier, en Isère, le centre de distribution Ikea cumule plusieurs installations vertes qui en font un site pilote au niveau européen.

Tandis que les négociations visant à limiter la hausse des températures de la planète continuent, en vue de la 21e conférence qui se déroulera du 30 novembre au 11 décembre à Paris, des entreprises s’engagent déjà pour le climat. Quinze sociétés ont rejoint le programme RE100, au sein duquel elles s'engagent publiquement à s’alimenter avec de l’énergie 100 % renouvelable pour 2020. Pour les accompagner dans leur démarche, le Groupe Climat, qui est à l'initiative de cette campagne, dresse un portait des entreprises engagées dans les énergies renouvelables.

 

Le seul moyen de parvenir à  limiter le réchauffement climatique en dessous de 2°C est, selon le GIEC, de se détourner massivement des énergies fossiles, en particulier du charbon, et d'investir massivement dans les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique, pour découpler croissance et émissions de gaz à effet de serre.

La campagne RE100 s’est donné pour but d’inciter 100 entreprises parmi les plus importantes à s’engager pour 2020 à utiliser 100 % d’énergie renouvelable. Pour l’instant, 15 entreprises se sont engagées dans le programme : BT Group, Commerzbank, Formula E, H&M, Ikea Group, KPN, Mars, Nestlé, Philips, Reed Elsevier Group, J. Safra Sarasin Bank, SAP, SGS, Swiss Re et Yoox Group. S’engager dans les énergies renouvelables est un choix payant, font valoir les initiateurs du programme, le Groupe Climat et l’IRENA (International Renewable Energy Agency). Elles sont peu chères, propres, durables et leur approvisionnement est garanti pour le futur.

En outre, pour appuyer la campagne, le Groupe Climat a produit un rapport d’analyse sur l’état des lieux des entreprises en matière d’investissement dans les énergies renouvelables. Il s’est basé pour cela sur un panel d’environ 500 entreprises qui ont accepté de communiquer sur le sujet. Le panel n'est donc évidemment pas représentatif de l'ensemble des entreprises mais l'étude donne un aperçu de la façon dont les entreprises investissent dans les énergies renouvelables, selon le type, les quantités d’énergies utilisées, et l’offre d’énergie disponible dans les régions concernées.

Le photovoltaïque en tête des énergies renouvelables adoptées

Première conclusion : les entreprises adoptent des stratégies différentes pour améliorer leur ratio de consommation en énergies renouvelables. Elles misent surtout massivement dans des installations en propre. 34 % des dépenses totales d’investissement pour l’ensemble des entreprises de l’étude le sont dans le photovoltaïque. Celui-ci est la plus populaire des sources d’énergies renouvelables adoptées, dans  tous les secteurs, à commencer par celui des services puis de la fabrication. Aux Etats-Unis, il a représenté un tiers des nouvelles capacités d’énergie installées en 2014 et devrait avoisiner 40 % en 2015, un véritable record.

Les installations de biomasse et de production combinées de chaleur, d’électricité et de froid représentent quant à elles 19 % du total des investissements, mais représentent principalement les industries très consommatrices en énergie et sont beaucoup plus coûteuses (65 millions de dollars d’investissement en moyenne pour les entreprises qui font ce choix, contre 20 millions pour celles qui font le choix du photovoltaïque). Les installations éoliennes représentent quant à elles 3 % des dépenses.  Certaines entreprises font aussi le choix de travailler avec les entreprises fournisseurs d’énergie pour les aider à s’équiper en installations d’énergie renouvelables (2 % des dépenses totales d’investissement). Enfin, 2 % des dépenses sont liées aux systèmes de suivi de la consommation d’énergie.

Des stratégies différentes selon les secteurs et les lieux géographiques

BT (British Telecom, opérateur historique de télécommunications britannique), qui fait partie de RE100 est alimenté au Royaume Uni par npower, un fournisseur d’électricité 100 % renouvelable. Il aide en outre d’autres producteurs d’électricité dans la construction de fermes éoliennes et solaires. Tandis que Mars, qui a besoin de chaleur pour ses procédés, réutilise ses déchets alimentaires pour générer de la chaleur et traite ses eaux usées pour produire du biogaz. L’approche lui permet en outre d’éviter l’émission du méthane dans l’atmosphère et finalement de réduire chaque année de 3 % sur chacun de ses sites sa consommation en gaz naturel.

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

En Europe, le captage de CO2 pour décarboner l’industrie

En Europe, le captage de CO2 pour décarboner l’industrie

Lors d’une table ronde organisée par l’IFP Energies nouvelles (IFPEN) le 15 novembre, l'institut de recherche et de formation,[…]

Pour bien commencer la semaine : Zoom sur le « slicing », atout de la 5G mis en avant par Nokia

Pour bien commencer la semaine : Zoom sur le « slicing », atout de la 5G mis en avant par Nokia

Egaliseur hybride, constellation Starlink, mobilité hydrogène... les meilleures innovations de la semaine

Egaliseur hybride, constellation Starlink, mobilité hydrogène... les meilleures innovations de la semaine

Engie et Air Liquide s’allient dans le projet HyGreen Provence pour de l'hydrogène vert

Engie et Air Liquide s’allient dans le projet HyGreen Provence pour de l'hydrogène vert

Plus d'articles