Nous suivre Industrie Techno

Contrôler le suicide cellulaire comme arme thérapeutique

Michel Le Toullec
Issue de l'Institut Pasteur, Théraptosis vise à développer des molécules qui induisent ou empêchent le suicide des cellules pour le traitement de cancers, de maladies neuro-dégénératives et cardio-vasculaires.
Créée en mars 2001 par Lena Edelman et Etienne Jacotot sur l'incubateur Biotop de l'Institut Pasteur, la société Théraptosis a une étonnante spécialité : le suicide cellulaire. Ou plus exactement son contrôle.

Le suicide des cellules (apoptose) est un phénomène actif d'autodestruction bénéfique à l'organisme quand elle permet l'élimination de cellules anormales, mutées ou dangereuses. En revanche, un excès ou une insuffisance d'apoptose est générateur de maladies. 

Jusqu'à récemment, les mécanismes à la base du déclenchement du suicide cellulaire étaient mal connus. De récentes découvertes indiquent que c'est au niveau d'un organite cellulaire, la mitochondrie, connue jusque-là comme "usine énergétique" de la cellule, que se joue la décision de vie ou de mort de la cellule. 

Cet organite stocke en effet dans sa membrane des protéines qui, lorsqu'elles se retrouvent dans le cytoplasme ou le noyau de la cellule, déclenchent la mort cellulaire. La perméabilisation partielle ou totale des membranes de la mitochondrie provoque le largage des protéines mortifères

La vie ou la mort d'une cellule pourraient donc être contrôlées par des molécules qui agissent sur la perméabilité des membranes mitochondriales : c'est le concept de base de Théraptosis. Cette toute jeune société a en effet pour but d'identifier des molécules actives sur l'apoptose et à évaluer leur potentiel thérapeutique

Certaines molécules (cytotoxiques) sont susceptibles de déclencher le suicide cellulaire et d'autres (cytoprotectrices) de l'empêcher. Les molécules cytotoxiques, associées à des vecteurs de ciblage, pourraient être utilisées en cancérologie pour détruire des cellules tumorales

D'autres, cytoprotectrices, pourraient servir à prévenir la destruction des cellules : neurones, dans le cas de maladie neuro-dégénératives (Parkinson, Alzheimer) ou cardiomyocytes (cellules du muscle cardiaque), lors d'un infarctus du myocarde. La start-up étudiera dans un premier temps la faisabilité de telles perspectives thérapeutiques.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La simulation multiphysique, un atout pour les micro et nanotechnologies

Publi-information

La simulation multiphysique, un atout pour les micro et nanotechnologies

Estimé à 500 milliards d’euros en 2025, le marché des micro et nanotechnologies est en plein essor. Pour surmonter les[…]

10/09/2021 |
Un composite superhydrophobe formé en une étape unique

Fil d'Intelligence Technologique

Un composite superhydrophobe formé en une étape unique

« Nous construisons nos nanoparticules multifonctionnelles brique par brique à l'échelle atomique », avance Jérémy Paris, CEO de SON

« Nous construisons nos nanoparticules multifonctionnelles brique par brique à l'échelle atomique », avance Jérémy Paris, CEO de SON

« L’exposition aux nanomatériaux doit être évaluée tout au long du cycle de vie pour concevoir des produits plus sûrs », pointe Jérôme Rose, médaille d’argent 2020 du CNRS

« L’exposition aux nanomatériaux doit être évaluée tout au long du cycle de vie pour concevoir des produits plus sûrs », pointe Jérôme Rose, médaille d’argent 2020 du CNRS

Plus d'articles