Nous suivre Industrie Techno

Continental intègre un polyamide 66 de BASF dans les boîtes de vitesses

Industrie et  Technologies
Pour réaliser les boîtiers de commande mécatronique intégrés dans les boîtes de vitesses automatiques à double embrayage, l'équipementier retient l'Ultramid A3WG6, notamment pour sa haute stabilité thermique et sa bonne résistance aux huiles chaudes.



En matière de transmission pour l'automobile, les boîtes de vitesses automatiques à double embrayage sont aujourd'hui à la pointe de l'innovation. Elles sont pilotées par des systèmes mécatroniques développés par Continental, qui sont en perpétuelle évolution depuis leur première apparition chez Volkswagen il y a cinq ans.

Ces modules de commande sont abrités dans des boîtiers en matière plastique directement intégrés dans les boîtes de vitesses. Continental a choisi pour les réaliser d'utiliser l'Ultramid A3WG6, un polyamide 66 de BASF largement reconnu pour cette application. Ce matériau offre une haute stabilité thermique et une grande résistance aux huiles automobiles et est, de plus, compatible avec le marquage par laser.

Résister à de l'huile à 170°C

Le module de pilotage de la boîte de vitesses est un composant mécatronique compact et sophistiqué, qui est implanté directement dans la boîte et donc immergé dans de l'huile très chaude. De ce fait, cette pièce en matière plastique - à l'intérieur de laquelle sont intégrés de nombreux capteurs, dispositifs d'interconnexion moulés et autres composants métalliques - doit, avant tout, avoir une résistance chimique à l'huile de boîte sur une plage de température allant de -40°C à +145°C. Elle doit même pouvoir supporter sans dommage de brefs pics thermiques allant jusqu'à +170°C. Dans ces conditions, les huiles de boîte posent un réel problème car elles sont nettement plus agressives et moins standardisées que les huiles moteur. Mais malgré cet environnement particulièrement sévère, ce matériau garantit sans difficulté la haute stabilité dimensionnelle requise par le cahier des charges.





Volkswagen
(en bas à gauche), Audi (en bas à droite), BMV (en haut à gauche) et Ford (en haut à droite) : ces constructeurs de renom utilisent désormais en série les modules de pilotage Continental pour boîtes de vitesses à double embrayage. Les fonctions électroniques et mécatroniques sont protégées et intégrées dans le plastique Ultramid A3WG6, un polyamide 66 de BASF qui présente une exceptionnelle résistance à l'huile de boîte très chaude.


Deux embrayages pour consommer moins !

Ce type de boîte comporte deux embrayages distincts, chacun entraînant des pignons spécifiques. La tâche principale du module mécatronique consiste à prédéterminer le rapport suivant en fonction des conditions de conduite, de manière à pouvoir mettre en prise l'un des embrayages et à débrayer l'autre. Lors du passage du rapport, le pignon suivant est déjà présélectionné dans la partie de boîte qui n'est pas encore active, avant l'opération effective de sélection. Ce système permet un passage en douceur des vitesses, sans aucune coupure de puissance.

Grâce en grande partie au module de pilotage intelligent, il est désormais possible d'améliorer encore la sobriété de ces boîtes et de ramener la consommation de carburant à un seuil inférieur à celui d'une boîte manuelle. Ces seules qualités valent déjà à la boite à double embrayage et à son module mécatronique un beau succès commercial.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.basf.fr & http://www.conti-online.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avec COSMIC, Atos veut détecter les matériaux dangereux dans les conteneurs

Avec COSMIC, Atos veut détecter les matériaux dangereux dans les conteneurs

Le géant français du numérique s’associe au projet européen de recherche COSMIC, qui vise à détecter[…]

17/07/2019 | Transport
La médaille d'or du CNRS récompense Thomas Ebbesen pour ses travaux en nanosciences

La médaille d'or du CNRS récompense Thomas Ebbesen pour ses travaux en nanosciences

Mines ParisTech et GRTgaz s’associent pour améliorer la tenue à l’hydrogène du réseau de gaz

Mines ParisTech et GRTgaz s’associent pour améliorer la tenue à l’hydrogène du réseau de gaz

Un lubrifiant à base d'eau pour des roulements plus efficaces

Un lubrifiant à base d'eau pour des roulements plus efficaces

Plus d'articles