Nous suivre Industrie Techno

ConnectWave, le showroom du CNRFID pour les objets connectés industriels

ConnectWave, le showroom du CNRFID pour les objets connectés industriels

La start-up WID a développé une solution d’authentification et de traçabilité pour lutter contre la contrefaçon et le marché gris dans la filière du vin. Grâce à la technologie NFC et une application mobile dédiée, les consommateurs peuvent retrouver, entre autres, l’itinéraire complet qu’a suivi la bouteille.

© Juliette Raynal

Le centre national RFID (CNRFID) a inauguré vendredi 19 juin la plate-forme Connectwave. Ce showroom vise à accélérer l'adoption des objets connectés dans le monde de l'industrie. Pour gagner en force de frappe, ConnectWave pourrait nouer des partenariats avec la Cité de l'objet connecté à Angers et The Camp, un campus high tech de 15 000 m2 qui devrait voir le jour à Aix-en-Provence en 2017. 

A l’extérieur, c'est une petite maison de village. A l’intérieur, c'est un showroom technologique regroupant une batterie d’objets connectés en tous genres. Le centre national RFID (CNRFID) a inauguré, vendredi 19 juin dernier, la plate-forme ConnectWave à Rousset, un village de 4500 habitants situé à quelques kilomètres d’Aix-en-Provence. Objectif de cette nouvelle initiative, en gestation depuis deux ans : transposer l’innovation des objets connectés d’un secteur d’activité à l’autre et du grand public à l’univers industriel.

Jouer sur la force de l’exemple et la fertilisation croisée

« Initialement, nous voulions proposer un espace dédié aux usages de la technologie NFC, hors paiement, puis nous avons décidé d’élargir notre approche à toutes les technologies sans contact, et de se concentrer davantage sur les usages », explique Jean-Christophe Lecosse, directeur général du CNRFID. L’espace, de 150 m² environ, se veut être un lieu d’expérimentation, de réflexion et de sensibilisation « Nous avons énormément travaillé sur la scénarisation afin que les industriels puissent directement identifier la valeur ajoutée qu’apporte l’objet connecté et comment ils peuvent le transposer dans leur secteur, poursuit Jean-Christophe Lecosse. Grâce à la variété des secteurs d’activité dans lesquels nous avons été sollicités, nous voulons créer une effervescence que beaucoup d’industriels attendent ».  ConnectWave entend donc jouer sur la force de l’exemple et miser sur la "fertilisation croisée".

Pour l’inauguration, une douzaine de solutions concrètes et matures étaient exposées. Parmi elles, un dispositif qui permet de contrôler la température des produits médicaux lors de leur transport jusqu’en pharmacie. Plus loin, un conteneur à verre connecté relié par Bluetooth à une application mobile qui permet à l’utilisateur de gagner des points lors de son tri sélectif et de les convertir en promotions locales. A côté, une armoire intelligente pour optimiser la gestion des outils dans l’industrie à l’aide de tags, une chaîne d’approvisionnement connectée, un dispositif de lutte contre la contrefaçon pour les vins et spiritueux ou encore un système qui permet de configurer à distance les produits à la sortie des stocks selon leur destination. (Voir le diaporama à la fin de l'article)

Sur place, les industriels sont nombreux. « J’ai déjà identifié deux ou trois solutions qui pourraient être intéressantes pour mes équipes » assure Luc Filizzola, maître d’ouvrage système d’information à la stratégie industrielle de Renault.

« Nous n’avons pas attendu le lancement de ConnectWave pour expérimenter les technologies sans contact » reconnaît, de son côté, Paul-Antoine Calandreau en charge du programme d’authentification automatique chez Airbus.  Le groupe a, en effet, déjà déployé des technologies RFID pour tracer les pièces des avions et pour optimiser le suivi des moyens de production. « Mais cela nous donne une ouverture. L’écran interactif développé par Carrefour avec la start-up toulousaine Think&Go, pourrait, par exemple, être intégré dans nos avions» ajoute-t-il.

Un partenariat avec la Cité de l’objet connecté ?

Séduisante, l’initiative pourrait toutefois rester dans l’ombre de la fameuse Cité de l’objet connecté inaugurée en grandes pompes le 12 juin dernier. Jean-Christophe Lecosse assure cependant que les deux structures sont complémentaires : « La Cité de l’objet connecté se concentre davantage sur les objets connectés grand public et les préséries tandis que nous visons les objets connectés industriels et mettons l’accent sur l’amélioration des processus métier au sein des industries et le développement de nouveaux services». L’objectif est, en effet, de sensibiliser les industriels sur l’évolution des business models à l’heure où Michelin vend des kilomètres, Airbus des heures de vols et Babola, un fabricant français de raquettes, des heures de jeu.  « Toujours dans cette logique de fertilisation croisée, nous allons pouvoir nous abreuver des innovations grand public issues de la Cité de l’objet connecté pour les présenter aux industries », explique Jean-Christophe Lecosse. Selon le directeur général du CNRFID, les deux entités pourraient même nouer des partenariats pour, par exemple, doter ConnectWave d’un lieu de prototypage. « L’ambition d’Eric Careel et de Thierry Sachot est de décliner le concept de la Cité de l’objet connecté dans d’autres régions de France », rappelle-t-il.  

Autre piste de développement étudiée par ConnectWave : déménager de Rousset pour rejoindre The Camp, un campus high-tech de 15 000 m² et de 35 millions d’euros qui devrait ouvrir ses portes en 2017 à côté de la gare TGV d’Aix-en Provence. Pour gagner en visibilité, la plate-forme ConnectWave mise également sur l’itinérance en déployant sur différents salons des "Corners Innovation".

Consultez notre timeline interactive : la RFID de 1940 à 2015

Le showroom ConnectWave en images :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

 Un transformateur plus compact pour les smart grids

 Un transformateur plus compact pour les smart grids

Des chercheurs suisses ont mis au point le prototype d’un transformateur moyenne fréquence plus de dix fois moins encombrant que ses[…]

Un graphène "pâte à modeler" pour étendre les usages

Un graphène "pâte à modeler" pour étendre les usages

Une sonde thermique pour imprimer des électrodes nanométriques

Une sonde thermique pour imprimer des électrodes nanométriques

Samsung : une capacité de stockage d’1 téraoctet pour les smartphones

Samsung : une capacité de stockage d’1 téraoctet pour les smartphones

Plus d'articles