Nous suivre Industrie Techno

Connecteurs D-Sub haute densité

Jean-François Preveraud
Connecteurs D-Sub haute densité

Jusqu'à 56 % de contacts en plus dans le même encombrement.

© DR

Harting propose une version haute densité de contacts pour ses connecteurs D-Sub standard. Dans le même encombrement, il devient possible de passer de 50 à 78 points de contact.

Le spécialiste de la connectique Harting élargit sa gamme de connecteurs D-Sub avec une famille procurant une haute densité de contacts dans le même boîtier que les connecteurs D-Sub standard.

Cela autorise une réduction d’espace nécessaire en face avant lorsqu’un grand nombre de points de connexion est requis.
Cette gamme inclut des versions cartes, droites et coudées, avec harpons de masse (divers accessoires au choix) et est disponible en 15, 26, 44, 62 et 78 points correspondant respectivement à un 9, 15, 25, 37 et 50 points standard.

Pour les applications câble, les versions à sertir de ces connecteurs sont en gauge AWG 24-26 (15 à 78 points). Les contacts à sertir estampés sont fournis en rouleaux ou en vrac.

Les contacts haute densité sont disponibles en 3 packaging différents :
 

  • rouleaux de 10 000 pièces enroulement à gauche ;
  • rouleaux de 500 pièces enroulement à gauche ;
  • 500 pièces en vrac.
     

Cette gamme est compatible avec tous les capots standard D-Sub.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.harting.fr

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Portrait] Fabrice Semond, le chercheur qui façonne les surfaces de silicium atome par atome

[Portrait] Fabrice Semond, le chercheur qui façonne les surfaces de silicium atome par atome

Ce chercheur CNRS travaille depuis plus de vingt ans sur l’épitaxie par jets moléculaires de nitrure de gallium sur silicium.[…]

Des transistors en phosphore noir pour déguiser les puces électroniques face aux hackers

Fil d'Intelligence Technologique

Des transistors en phosphore noir pour déguiser les puces électroniques face aux hackers

« Nous souhaitons diviser par cinquante les coûts de la technologie RFID », avance Etienne Perret (Grenoble INP)

« Nous souhaitons diviser par cinquante les coûts de la technologie RFID », avance Etienne Perret (Grenoble INP)

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Dossiers

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Plus d'articles