Nous suivre Industrie Techno

Confection de génome artificiel : l’accélérateur d’évolution

Ludovic Fery

Sujets relatifs :

, ,

« Darwin express », « Spoutnik biologique », la créature de Philippe Marlière, chercheur au Genopole, a reçu plus d'un nom étrange. Et pour cause, elle diffère singulièrement du monde vivant : l’une des quatre bases du code génétique de cette bactérie est un composé synthétique.

Une machine de culture dédiée a été conçue et breveté. Après de nombreux réglages, notamment pour qu'elle empêche le développement des biofilms, sorte de toiles bactériennes, elle est enfin au point.

Réccemment, cinq mois ont suffi pour intégrer dans le génome de la xénobactérie le nucléotide artificiel. Le but est désormais de remplacer les trois autres bases de l’ADN, pour disposer d’un organisme domestiqué pour de nombreuses applications. «  Le principal débouché concerne la chimie, et le greffage de motifs sur les nucléotides pour les transformer en catalyseurs  », explique Philippe Marlière.

Et si cette bête de foire s’évadait des tubes à essai  ? «  Elle mourrait, assure l'inventeur, faute de trouver dans la nature les nutriments apportés par la machine  ».

Ludovic Fery

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

BeFC produit des piles en papier

BeFC produit des piles en papier

En janvier 2020, le nom de BeFC circulait déjà dans les allées bruyantes du Consumer electronics show (CES) de Las[…]

DNA Script fabrique une imprimante 3D moléculaire

DNA Script fabrique une imprimante 3D moléculaire

Trois propositions pour dynamiser la Health Tech française

Trois propositions pour dynamiser la Health Tech française

A Paris, l’Institut Curie veut incuber les futurs champions des biotechnologies

A Paris, l’Institut Curie veut incuber les futurs champions des biotechnologies

Plus d'articles