Nous suivre Industrie Techno

Concourir pour convaincre

Jean-François Preveraud
Concourir pour convaincre

La première voiturette de série de Renault Frères qui gagna le Paris Trouville en 1899

© JF Prevéraud

Depuis sa naissance l’automobile n’arrête pas de se mettre en scène pour séduire les consommateurs. De la montée de la rue Lepic en 1898 qui mis le pied de Louis Renault à l’étier avec ses première ventes de voiturettes, à la future Roll’n Start Cup qui aura lieu en 2015 à Genève, les recettes sont toujours les mêmes : montrer ses capacités au grand public.

Louis Renault, autodidacte et mécanicien de génie, rêvait d’une voiture légère consommant peu et roulant vite. Il partit d’un tricycle De Dion-Bouton dont il transforma le châssis pour lui greffer 4 roues. La puissance du moteur De Dion-Bouton ne dépassant pas les ¾ de ch, il décida de monter tous les éléments tournants sur roulements à billes sous carter étanche, une solution chère, mais qui augmentait le rendement en diminuant les frottements.

Enfin, pour faire face aux variations de pente de la route et pouvoir rouler à différentes allures, il développa une boite à trois vitesses avec marche arrière, dont l’une reliait le moteur aux roues en prise directe, via un différentiel avec renvoi d’angle. Il eut aussi l’idée de remplir le carter de sa boite de vitesse avec de l’huile épaisse plutôt qu’avec de la graisse comme ses concurrents, pour éviter que les engrenages ne tournent à sec après avoir fait leur trou dans la graisse.

Cette voiturette qui consommait 6 litres d’essence aux 100 km roulait à 50 km/h et défiait dans les côtes de la banlieue Ouest de Paris toutes les grosses berlines de Léon Bollée, Mors, Panhard & Levassor ou Peugeot dotées de moteurs de grosse cylindrée pour entraîner leurs lourds châssis et carrosserie.

C’est au cours du dîner du réveillon de Noël 1898 que Louis Renault eut l’idée de faire essayer sa voiturette à ses amis goguenards, dans la côte de la rue Lepic qui escalade la Butte Montmartre. Bien lui en pris puisqu’au petit matin, il avait 12 commandes et les poches pleines de 60 Louis d’or. La fabrication en série pouvait débuter. Un an plus tard, 76 voiturettes auront été produites et vendues. Et Louis Renault avec son frère Marcel participa à de nombreuses courses automobiles jusqu’au décès de celui-ci dans le Paris-Madrid en 1903, pour assurer la renommée de la marque.

Après la côte la descente

C’est à une aventure similaire qu’entend nous convier l’organisateur d’événements automobiles  Peter Auto avec la Roll’n Start Cup. Destinée aux constructeurs et aux écoles d’ingénierie et de design, cette manifestation a pour but de faire un point régulier sur la voiture de demain sur deux plans : les différentes technologies de récupération d’énergie et le design automobile. Pour cela les concurrents se mesureront via des mini concept cars sur un parcours en descente long d’environ 2,8 km offrant un dénivelé supérieur à 100 mètres. Stockée durant cette descente, l’énergie sera ensuite utilisée pour la propulsion du véhicule sur un terrain plat.

Trois classements seront établis. Le premier, en fonction du chrono réalisé par chaque concurrent lors de la descente. Le deuxième, selon la distance parcourue après l’arrivée sur une piste circulaire grâce à l’énergie résiduelle. Le troisième sera établi par un jury qui départagera les mini concept cars selon leur design.

« Au départ, le projet consistait seulement à faire descendre des engins de type caisse à savon. Puis, en travaillant le projet, nous sommes rapidement parvenus à l’idée d’organiser une véritable épreuve ouverte aux constructeurs qui pourront participer avec des mini-voitures véhiculant le futur du design de leur marque, propulsées par une énergie de récupération 100 % propre. La Roll’n Start Cup sera un fantastique banc d’essais pour tester les différentes technologies qui sont ou seront utilisées par les constructeurs pour circuler en ville de la manière la plus écologique possible », explique Patrick Peter.

Initialement prévue à Paris fin septembre 2014, à l’occasion du Mondial de l’Automobile, sur un parcours reliant la Butte Montmartre à la place de la Concorde, avec une arrivée devant le siège de l’Automobile club de France et de la Fédération internationale de l’automobile, la première édition de la Roll’n Start Cup a été repoussée à la demande des constructeurs intéressés par ce concept novateur, mais devant faire face à des délais trop courts pour finaliser leur projet. Du coup le premier Roll’n Start Cup aura lieu le 1er mars 2015 en marge du Salon international de l’automobile de Genève.

Cette première édition de la Roll’n Start Cup à Genève devrait être rapidement suivie par d’autres rendez-vous annuels. Une seconde édition devrait ainsi avoir lieu à Los Angeles à l’automne 2015, puis dans d’autres grandes villes à travers le monde.

Alors que depuis 120 ans on cherche à minimiser l’énergie consommée pour gravir une côte, on essaie aujourd’hui de récupérer le maximum d’énergie dans les descentes pour aller plus loin.

Et ça, c’est nouveau !

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.rollnstartcup.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

Face à la pénurie de respirateurs artificiels qui guette les hôpitaux français, le Fonds de dotation de la[…]

25/03/2020 | SantéCovid-19
Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Plus d'articles