Nous suivre Industrie Techno

Conception - Enfin l'intéropérabilité entre logiciels !

Rédaction Industrie et Technologies
Deux acteurs majeurs, PTC et EDS font part d'une volonté commune de rendre leurs solutions de développement de produits interopérables.

Il aura fallu attendre la démocratisation des outils de gestion de produits (le PLM, Product Life cycle Management) pour voir enfin la notion d'intéropérabilité entre les logiciels être adoptée de concert par différents éditeurs.

Ce terme abscons signifie que deux logiciels distincts savent non seulement comprendre leurs données respectives, mais aussi les utiliser et les transformer pour leur propre compte

EDS et PTC, deux acteurs majeurs dans le domaine des logiciels de CAO et de ses prolongements, la gestion de données techniques ;  viennent d'annoncer ensemble un tel accord visant à « réaliser l'intéropérabilité entre leurs solutions de développement de produits ». Et de citer l'objectif : « réduire potentiellement les milliards de dollars investis par les industriels pour assurer l'intéropérabilité des applications ». Enfin !

Cette annonce à propos de l'une des faiblesses sans cesse décriée par les industriels depuis la naissance de la CAO, il y a vingt ans, suscite plusieurs interprétations.

La première, la plus brute, est qu'elle intervient entre deux acteurs majeurs, PTC et EDS, et donc forcément un peut à l'encontre du n°1, Dassault Systèmes, dont les parts de marché dans les secteurs automobiles et aéronautique ne sont pas loin d'être hégémoniques.

La seconde, démontre l'importance du déploiement qu'ont pris ou que prendront les outils de PLM dans les industries manufacturières, reléguant finalement au second plan les solutions propriétaires de création de géométrie (CAO) et de visualisation.

Les outils de PLM gèrent des informations relatives au produit tout au long de son cycle de vie et déborde largement le seul cadre du bureau d'études, pour intégrer les territoires de la fabrication, de la maintenance, de la gestion. De même, les outils de PLM ne sont "qu'un  des quatre" piliers sur lesquels se structurent les entreprises, parmi le CRM (gestion des relation client), l'ERP (gestion des ressources de l'entreprise) et la Supply Chain.

Autrement dit, il serait dommage de ne pas pouvoir bâtir l'édifice pour une simple question de briques. Et le danger est grand de se voir écarter d'un tel marché pour des broutilles d'échanges de données entre logiciels de marques différentes qui sont forcément tous présents au sein des groupes. Soit, parce que l'entreprise a fait différents choix de logiciels, au fil du temps, préférant sélectionner le meilleur du moment, soit parce que des fusions ou  des rapprochements d'autres sociétés ont introduit cette hétérogénéité.

Après tout, la tendance n'est-elle pas à la « collaboration » ?
Ph.B.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles