Nous suivre Industrie Techno

IT, L'enquête continue

Comment Toyota s'est couvert de photovoltaïque

Thomas Blosseville
Comment Toyota s'est couvert de photovoltaïque

1 020 m² de silicium amorphe

© DR

Pour équiper son usine de photovoltaïque, la bonne volonté ne suffit pas. Mais certains industriels ont trouvé la méthode. Partagez les conseils de Toyota, qui a équipé son usine d'Onnaing-Valenciennes de membranes en silicium amorphe.

Prudence. Couvrir son usine de photovoltaïque ne s'improvise pas, mais n'a rien d'insurmontable. Dans son usine d'Onnaing-Valenciennes (59), Toyota s'est équipé de 1 020 m² de membrane en silicium amorphe. Le constructeur automobile l'a dimensionnée pour produire 37 MWh d'électricité par an, soit la consommation pendant 6 mois de ses bureaux administratifs. Partagez son retour d'expérience.

L'occasion d'une extension

La construction d'un bâtiment neuf est propice à l'intégration du photovoltaïque. Vous pourrez ainsi anticiper la pose des équipements. Mais la rénovation du bâti existant est aussi, comme chez Toyota, une bonne occasion. Vous investissez ainsi dans des travaux qui aurait de toute façon eu lieu. A Onnaing, le constructeur japonais a profité de l'extension d'un bâtiment logistique.

Pour une surface de 1 020m², la charpente n'aurait jamais supporté le poids de panneaux en silicium cristallin. On a donc privilégié les membranes en silicium amorphe. Outre sa légèreté, l'autre atout de cette technologie est de capter la lumière diffuse. Cette particularité compense en partie le faible ensoleillement dans le Nord-Pas de Calais, inférieur de 25 % sur l'année au sud de la France.

Surveiller la conformité réglementaire

C'est EdF qui possédera la membrane photovoltaïque (et les équipements associés) pendant les vingt premières années d'exploitation. L'énergéticien sera donc propriétaire d'une partie du toit du constructeur automobile. Le service juridique de Toyota a suivi de près la conformité réglementaire de ce projet.

Chez le constructeur, une équipe a été constituée autour des services chargés de l’environnement, de la maintenance et des nouvelles constructions du site. Ils se sont reposés sur le savoir-faire d’EdF, qui lui a fourni une liste de sous-traitants pour la pose des équipements. Les échanges avec EdF ont duré dix mois pour éviter les problèmes techniques d’étanchéité, de câblage, de raccordement au réseau…

Thomas Blosseville

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Train hydrogène, cobot, véhicule électrique… les meilleures innovations de la semaine

Train hydrogène, cobot, véhicule électrique… les meilleures innovations de la semaine

Quelles innovations vous ont le plus marqués au cours de cette dernière semaine ? Vous avez apprécié notre article sur les[…]

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

A Nantes, l’IRT Jules Verne veut diffuser ses innovations dans les usines

A Nantes, l’IRT Jules Verne veut diffuser ses innovations dans les usines

Trois technos de recharge innovantes au Symposium du véhicule électrique de Lyon

Trois technos de recharge innovantes au Symposium du véhicule électrique de Lyon

Plus d'articles