Nous suivre Industrie Techno

Comment Starklab adapte sa technologie de récupération de chaleur fatale à la lutte contre le covid-19

Comment Starklab adapte sa technologie de récupération de chaleur fatale à la lutte contre le covid-19

Le système Terrao, ici installé dans un centre aquatique à Lillebonne (Seine-Maritime), est capable de retraiter un grand volume d'air en moins d'une heure.

© Starklab

La société Starklab, spécialiste des échangeurs thermiques, a été retenue le 27 mai par l'Agence Innovation Défense (AID) pour adapter sa technologie à la désinfection des milieux clos pour lutter contre le covid-19. Le système permet de neutraliser les particules virales sans ajouts d'éléments chimiques dans l'atmosphère.

Elle fait partie des 40 projets, parmi les 2.580 déposés, retenus la semaine dernière par l’Agence Innovation Défense (AID) dans le cadre de son appel à projet pour lutter contre le covid-19. La société Starklab propose une solution de traitement et de désinfection de l’air des espaces clos, de plus en plus suspectés d’être à l’origine de l’apparition de clusters. Elle est basée sur sa technologie d’échange thermique baptisée Terrao, conçue à l’origine pour permettre la récupération de chaleur fatale, mais également pour contrôler l’atmosphère des milieux industriels.

« Avec Terrao, notre objectif initial était de proposer un système de traitement des fumées, qui combine les fonctionnalités d’un scrubber industriel avec un échangeur thermique haute performance », explique Jaouad Zemmouri, directeur scientifique chez Starklab et inventeur du procédé. « Notre technologie est peu volumineuse et peu traiter rapidement de gros volume de gaz ou de fumée ».

Lavage des gaz et récupération de chaleur

Contrairement aux scrubbers, dont le fonctionnement consiste à pulvériser un liquide sur les fumées industrielles, la technologie Terrao s’appuie sur le brassage du gaz dans le liquide. « Les gaz sont aspirés par le dispositif et barbotent dans le liquide. Cette action renforce l’interaction entre les deux éléments : l’échange thermique est optimal, et les gaz et fumées sont lavés des impuretés », précise Jaouad Zemmouri.

C’est ce dernier point qui a été mis en avant dans le cadre de l’appel à projet de l’AID. La technologie du brassage de Starklab peut en effet potentiellement capturer les particules virales de SARS-CoV-2 présentes dans l’atmosphère dans le liquide. Celui-ci est ensuite retraité.

Désinfecter sans introduire de nouveaux polluants

Selon Starklab, un atout majeur de ce procédé est de pouvoir désinfecter l’air sans ajout d’éléments chimiques supplémentaires. « Les techniques de désinfection couramment utilisées reposent sur la pulvérisation d’agents chimiques qui vont neutraliser le virus. Dans ce contexte on introduit des polluants dans l’air. » précise Jaouad Zemmouri. « Même dans le cadre d’une désinfection à l’UV ou à l’ozone, certaines surfaces peuvent réagir et relarger des composés organiques volatils, accentuant la pollution de l’air ».

La décision de l’AID ouvre à Starklab un financement pour mettre au point un démonstrateur qui sera capable de retraiter l’intégralité de l’air d’une pièce de 100 m2 en moins d’une heure. Un prochain point d’étape est fixé dans quatre mois.

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Cybersécurité : les exfiltrations de données de santé ont doublé avec le Covid-19

Cybersécurité : les exfiltrations de données de santé ont doublé avec le Covid-19

Un rapport de l’entreprise américaine de cybersécurité Vectra alerte sur une forte hausse de la surface d'attaque[…]

01/07/2020 | RéseauxCybersécurité
Protéine N, détection totale et immunité : les trois points clés des remarquables performances du test sérologique du Covid-19 de Bio-Rad

Protéine N, détection totale et immunité : les trois points clés des remarquables performances du test sérologique du Covid-19 de Bio-Rad

[Covid-19] De la bactérie E.coli jusqu’aux kits prêts à l’emploi, comment Bio-Rad produit ses tests sérologiques

[Covid-19] De la bactérie E.coli jusqu’aux kits prêts à l’emploi, comment Bio-Rad produit ses tests sérologiques

StopCovid : La France prépare une appli plus performante en cas de deuxième vague

StopCovid : La France prépare une appli plus performante en cas de deuxième vague

Plus d'articles